Amir de The Voice : “Je suis très fier de porter les deux drapeaux”

Shares


Copyright :  Eliora Efrati

Rien ne prédestinait Amir à faire de la musique. Né en France il émigre en Israël à l’âge de 8 ans avec sa famille. Il grandit, à Hertzlia, et c’est à la faveur de la  fête de fin d’année de l’école, en 6ème, qu’il est repéré. Il obtient alors le rôle principal du spectacle ! Il prend conscience de son don et l’idée de chanter germera au fil du temps.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Pendant ses études dentaires à l’Université Hébraïque de Jérusalem, il répète avec acharnement tous les soirs. Diplôme en poche, et libre de toutes obligations, il se lance en 2002 dans l’aventure de Kohav Nolad (La Nouvelle Star israélienne).

“Sans Kohav Nolad je ne serai pas là”. Il compare avec indulgence l’émission israélienne et l’émission française. “C’est un autre format, c’est un autre budget, avec The Voice, je suis dans un nouveau monde”.

Sa rencontre avec Patrick Bruel fut le détonateur de sa carrière. C’est aussi grâce à cette rencontre que la passion et l’envie de faire de la chanson se sont renforcées. “Je suis fan depuis mon enfance et c’est un rêve qui s’est réalisé. Cette rencontre fut un vrai tremplin pour moi.”

Âgé d’à peine 30 ans, il a déjà travaillé avec de grands artistes israéliens comme Gad Elbaz, Haïm Moshé et le très célèbre DJ Offer Nissim avec qui il a remixé le titre de Mylène Farmer “Désenchantée”. “Ce fut un carton l’an dernier dans les boites israéliennes”.

[youtube http://youtu.be/hDTXA7ZnBpM]

Il a aussi participé à l’album “Shir Ashirim”, le Cantique des Cantiques, auprès de grands noms de la chanson israélienne. “Ce sont des reprises modernes de ce célèbre texte biblique, c’est un album évènement avec des grands  comme David Da’or, Erez Lev Ari …je suis rentré dans la cour des grands”.

En 2011, alors qu’il est encore étudiant, il sort son premier album  “Vayehi” dans lequel il reprend en hébreu la chanson de Patrick Bruel en hébreu “je te le dis quand même”. “Grâce à The Voice, l’album continue d’être écouté et d’être connu par le public français.”

Il est très honoré d’être en France où il a été accueilli avec beaucoup de chaleur. “Les artistes israéliens comme Yaël Naïm, Assaf Avidan ou bien Keren Ann sont très bien acceptés et reconnus….alors pourquoi pas moi”.

Il revient sur The Voice et son choix de coach. “J’ai choisi Jennifer car elle s’est retournée en premier. C’est une personne très sensible, qui s’exprime avec le cœur comme moi. Quand je chante  je ne suis pas dans la démonstration vocale mais dans l’émotion. Je prends aussi tous les conseils des autres coaches pour avancer et m’améliorer à chaque fois.” Il aurait choisi Garou comme autre coach.

Le public d’Amir est essentiellement  féminin, très pudique et modeste quand on le qualifie de “beau gosse”, il affirme que sa “célébrité est un effet secondaire de sa réussite. Les gens aiment sa musique. Il a choisi The Voice car le physique ne compte pas lors des  auditions à l’aveugle”. S’il va en finale, il a pour projet avec la production de chanter en hébreu.

“Je suis très fier de porter les deux drapeaux, le français et l’israélien.” Israël lui manque et souhaite être un pont entre les deux pays. “Les Israéliens sont très chaleureux et très ouverts. Le contact est très direct, spontané, il n’y a pas de retenue dans les rapports humains. C’est cette belle approche humaine que je veux présenter. On ressent une grande fraternité et un grand patriotisme qui ne s’encombre pas de choses inutiles. C’est un beau et petit pays. La nature est magnifique, il y a de belles plages, la cuisine est excellente même celle de la rue. J’aime particulièrement le sud du pays et le Néguev. Il y a aussi une histoire et une culture très riche. J’ai vécu à Jérusalem et à Tel-Aviv et j’invite tout le monde à découvrir Israël. “

En cette veille de Yom Haatsmaout, il nous confie qu’Israël lui manque et va donc participer à plusieurs soirées en l’honneur des 66 ans de l’Etat.

Après The Voice, il a déjà de nombreux projets et va entrer en studio pour enregistrer son second album. C’est un homme de scène qui aime partager sa musique. The Voice “est une porte d’entrée vers la scène française”.

Pour conclure cet entretien, Amir adresse un message personnel aux lecteurs de Coolisrael.fr “merci de m’avoir accepté si chaleureusement à mon retour en France. Je suis très heureux d’être un Israélien en France. Je le vis très bien et et je vous remercie pour le soutien et l’accueil”.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre