Les femmes arabes et juives d’Israël chantent d’une seule voix

Shares

Les femmes du Chœur Rana sont un rare exemple de projet réussi de coexistence. Elles chantent en arabe, en hébreu, en yiddish et en ladino.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

 

Le 11 avril, le groupe a donné sa première représentation comme chœur indépendant, après huit années sous les auspices d’un centre communautaire de Jaffa. Là, on l’appelait Shirana (une fusion des mots hébreu et arabe pour la chanson, shir et rana, respectivement).

Les 20 membres — 10 femmes juives, 10 femmes arabes — vivent toutes à Jaffa. Mais à part cela et leur évidente passion commune pour le chant, elles ont très peu en commun. « Le seul endroit que vous pourriez trouver un groupe diversifié c’est dans la salle d’attente du médecin, » dit Mika Dany, fondatrice du chœur et chef d’orchestre. « Je peux également vous dire qu’ici, aucune femme ne votent pour le même parti politique, » ajoute-t-elle, « nous partageons toutes la conviction que la coexistence pacifique est non seulement souhaitable, mais possible, et nous en sommes la preuve. »

Entre les membres du chœur, qui ont entre 30 et 60 ans, sont chrétiennes et musulmanes, ainsi que juives religieuses pratiquantes et laïques. Une femme pénètre dans le studio de répétition porte une croix autour du cou, un autre une étoile de David. La plus ancienne membre du groupe a un hijab enroulé autour de sa tête. En plus de la psychologue clinicienne, il y a une graphiste, une coiffeuse, une travailleuse sociale, une employée de bureau et un beaucoup d’enseignants. Mais pas un seul musicien professionnel.

Dany a eu d’abord l’idée de la chorale quand elle a déménagé de Tel Aviv pour Jaffa. « J’ai senti que je pouvais faire quelque chose de plus significatif que de participer à des manifestations pour la paix et de me plaindre tout le temps », dit-elle.

Son expérience de musicienne l’a convaincu qu’une chorale pourrait servir de plate-forme idéale pour le travail de coexistence. « Quand vous chantez dans un groupe, vous devez être attentif à tous ceux  qui sont autour de vous afin d’être sûrs d’être en phase, “explique-t-elle.

Le répertoire de la chorale se compose de vieilles chansons en hébreu, ladino, yéménite, perse, arabe et grec ; le dernier ajout est une mélodie populaire en Yiddish.  Mais leur plus grand succès est de loin, leur interprétation unique de « Had Gadya, » la chanson classique de Pessah qui conclut le seder. Inspiré par la version moderne écrite et enregistrée par la compositrice israélienne Hava Alberstein, Dany a ajouté sa propre touche — une traduction arabe de plusieurs versets.

Abu-Lassan est l’une des premières membres de la chorale, ainsi que sa sœur Badria Bouchari et sa mère Alia Hatab, la femme en hijab. « Nous n’obtenons pas beaucoup de soutien de la communauté arabe, », se lamente Abou-Lassan, une graphiste qui étudie actuellement l’animation dans l’espoir de faire un changement de carrière.

Ce manque d’enthousiasme, explique sa mère, n’est pas seulement parce que beaucoup d’Arabes s’opposent à la normalisation des relations avec les Juifs et par conséquent, de rejeter toutes les initiatives de la coexistence d’emblée. « Beaucoup de musulmans croient aussi que c’est sacrilège pour les femmes de chanter publiquement, » dit-elle.

Mais Alia et ses filles ne sont pas influencées. « Dès que j’ai entendu au centre communautaire local que l’on envisage de mettre en place une chorale, j’ai su que je voulais la rejoindre, » dit la mère de 66 ans, ancienne conseillère d’éducation, titulaire d’une maîtrise en psychologie de l’éducation et qui a longtemps été admiré par sa famille et ses amis pour sa voix.

« Chanter ensemble est quelque chose que notre famille a toujours aimé, » ajoute Bouchari, l’aîné des deux filles, qui enseigne l’arabe à l’école bilingue local judéo-arabe. « Mes meilleurs souvenirs d’enfance sont de faire des excursions en famille le samedi et de chanter tout le chemin dans la voiture. »

Pour Miki Oren, une petite femme avec un grand sourire, l’idée de se joindre à la chorale de femmes judéo-arabe a résonné immédiatement — et pas seulement parce qu’elle chante depuis toujours. « Mon mari est arabe chrétien, alors faisant partie d’un couple mixte, ce qui est donc le plus naturel pour moi est de me joindre à un chœur mixte? »

Aharoni, la psychologue, chantait dans une chorale différente lorsque le groupe de chant juif-arabe a été créé. « C’était un choix difficile, mais je me suis déplacée à la nouvelle chorale parce que son message était très important pour moi, » dit-elle. Quand elle avait 11 ans, père de Aharoni a été tué pendant la guerre de Yom Kippour. Le traumatisme dont elle a souffert, dit-elle, l’a incité à devenir plus tard une militante anti-guerre. En plus d’être membre de la chorale de Rana, Aharoni est active dans le cercle du Forum des Parents et familles, une organisation des familles juives et arabes qui ont perdu des êtres chers dans le conflit et qui milite pour la paix.

Aharoni dit que : “les deux heures et demie qu’elle passe chaque semaine en  répétitions, de bavardage et de partage des repas avec ses collègues chanteuses, sont « sacrées ».

Leurs efforts de coexistence a déjà survécu à deux guerres entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, mais non sans quelques moments étranges, comme le rappelle Dany.

« Habituellement nous tenons une fête de fin d’année tous les étés, » elle se souvient. « En 2014, la fête a coïncidé avec l’opération Bordure  protectrice. Là, nous étions, des femmes juives et arabes, faisant la fête dans le jardin d’un de nos membres, alors qu’au-dessus de nos têtes, volaient les roquettes. ”

Le directeur artistique et accompagnateur Idan Toledano est le seul homme du groupe. “Il y a beaucoup d’énergie féminine autour de moi, et je me sens parfois hors de propos,” reconnaît-il. Mais sa plus grande préoccupation de nos jours est de s’assurer que le chœur peut voler de ses propres ailes. « Cette année, notre première année est comme un acte d’indépendance, ce sera notre grand test de survie, » dit-il.

« Mon rêve », révèle-t-il, “serait de d’amener ce chœur à l’étranger. Ce serait vraiment quelque chose. »

Source Haaretz


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre