Femmes juives et bédouines se donnent la main pour une alimentation plus saine

f90veggies-1168x657
Shares

Un atelier sans précédent conduit en hébreu et en arabe réunit deux populations désireuses de faire des choix plus judicieux pour nourrir leurs familles.
Trop d’aliments frits et transformés, trop de sucre et de graisse – ces pièges alimentaires sont communs à beaucoup de gens qui ont un budget serré, y compris les Juifs et Bédouins musulmans vivant dans le désert du Néguev en Israël.

Leket Israël, une organisation nationale qui récupère le surplus alimentaire et aussi une banque alimentaire, a eu l’idée novatrice d’offrir un atelier sur la nutrition pour les mères des deux populations, mené en hébreu et en arabe par une diététicienne de chaque culture.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

“Nous faisons des ateliers régulièrement dans tout Israël pour donner des outils aux populations dans le besoin afin de les aider à améliorer la nutrition et à faire des choix alimentaires plus sains avec un petit budget”, dit, Smadar Hod Ovadia, nutritionniste de Leket Israël.

«C’est la première fois que nous menons cet atelier spécifique avec un groupe mixte mêlant Juifs et Bedouin. Je pensais que ce serait une bonne idée non seulement d’avoir un public mixte, mais aussi les deux diététiciens, Dana Ivankovsky et Eman Alsane, fournissent des conseils et des idées pour l’épicerie et la préparation des aliments nutritifs avec un budget limité pour apporter des changements positifs de santé dans leurs familles.”

La réunion a eu lieu le 7 Août à Beer Sova à Beersheva, la plus grande organisation alimentaire à but non lucratif du sud et l’un des partenaires auquel Leket Israël fournit des aliments cuits et des produits récupérés pour ses paniers de nourriture et ses soupes.
Alsane, 27 ans, vit dans la ville bédouine de Rahat et est l’une des deux seules nutritionnistes bédouines sous licence en Israël. Elle fait partie duMinistère de la Santé et fournit maintenant des conseils nutritionnels dans une clinique de santé Klalit à Rahat. “Certains des aliments traditionnels que nous consommons tous les jours dans la communauté bédouine sont riches en sucre et en gras, conduisant à l’obésité, au diabète et à beaucoup de maladies chroniques,” Alsane ISRAEL21c dit.

“J’ai grandi avec ce genre de nourriture mauvaise pour la santé à la maison et à l’école. Je vois que nous avons beaucoup de travail à faire dans l’enseignement des différentes techniques de cuisson “.

Bien que toutes les participantes soient membres de Beer Sova et aient été invitées en fonction de leur intérêt pour la session conjointe, il y avait une certaine maladresse sociale au début, dit Alsane.

“C’est une situation rare, donc pendant les deux premières minutes on pouvait observer les femmes de chaque groupe assises chacune leur côté.

Mais à la fin de l’atelier, elles coupaient les légumes et faisaient la cuisine ensemble, et chacune partageait ses opinions. ” Sous la supervision d’Alsane et Ivankovsky, les femmes ont préparé un petit-déjeuner avec des légumes frais, du fromage, du thon et des œufs. Elles ont été encouragées à poser des questions sur la cuisine de l’une et de l’autre.

«L’idée est d’amener les deux groupes ensemble sur les changements qu’ils peuvent apporter et d’apprendre les unes des autres», dit Ovadia. “Les Bédouins ont quelques bonnes habitudes alimentaires traditionnelles à base de produits qu’ils cultivent, et la tradition juive a quelques bonnes habitudes, donc nous leur donnons les moyens de poursuivre les bons et changer ceux qui ont besoin d’être changés.”

 La nourriture rassemble les gens

Ovadia dit que la nourriture est un point de connexion. «Les gens sont liés par la nourriture et la cuisine quel que soit leur statut socio-économique. J’ouvre parfois une session en demandant aux gens ce qu’ils ont mangé au  petit déjeuner, et débute une discussion animée. ”

Parmi les conseils, Elsane dit aux mères pendant l’atelier de faire moins de friture, de mesurer la quantité d’huile qu’elles utilisent et de cuisiner uniquement avec des huiles végétales plutôt qu’avec de la margarine et du beurre.

“Je leur ai également conseillé de garder les enfants loin de la Junk food comme la pizza et les hamburgers qui sont très mauvais pour eux, et de préparer des sandwichs sains pour les enfants à la place du falafel ou shawarma qu’ils reçoivent à l’école.”

Les nutritionnistes ont constaté que dans les deux communautés, en particulier chez les filles et les femmes bédouines, les gens ont tendance à oublier de boire suffisamment d’eau.

«Nous suggérons qu’ils rendent l’eau plate plus attrayante en ajoutant des tranches de fruits ou des feuilles de menthe», dit Alsane.

Ovadia dit qu’une enquête de suivi est effectuée six mois après les ateliers de nutrition Leket pour voir si les nouvelles habitudes se sont installées.

“Nous téléphonons aux participantes afin d’évaluer l’impact des ateliers. Nous avons été surprise de constater que près de la moitié des participantes ont réussi à changer leurs habitudes alimentaires, par exemple en ajoutant plus de fruits et légumes, et en consommant moins de boissons sucrées, et de prendre le petit déjeuner “, dit-elle.

Une porte-parole de Leket Israël a déclaré que l’association “continuera d’explorer et de trouver des moyens pour mener d’autres ateliers sur la nutrition, pour les femmes juives et bédouines. En tant que mères, elles veulent toutes aider à améliorer la vie de leurs enfants et leur fournir des aliments nutritifs pour mener une vie plus saine ».

Source Israel21C


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre