Des dragons envahissent le lac de Tibériade!

Shares

Israël se prépare à célébrer son troisième Festival international de Dragon Boat en partenariat avec l’Université Hébraïque de Jérusalem. Les 28 et 29 mai prochains, 40 équipes ou près de 1000 pagayeurs de tous horizons et 6 bateaux s’affronteront dans une course de 300 mètres sur les bords du lac de Tibériade au nord-est d’Israël. La première journée sera consacrée à une répétition tandis que l’issue de la seconde journée déterminera les vainqueurs.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Le Dragon Boat est une embarcation nautique mue par la force humaine. Lorsqu’elle est pleine, cette sorte de pirogue pèse près de 2000 kg. Quelle galère ! Pourtant, ce canot exotique est plus proche du canoë que du rameur dans la mesure où elle est propulsée au moyen de pagaies simples distinctes de l’aviron qui reste fixée au canot.

Destiné à la pratique sportive, le Dragon Boat est devenu une pratique internationale à laquelle pas moins de 76 pays adhèrent, répartis dans trois grandes fédérations européenne, asiatique, et internationale (IDBF), laquelle regroupe plus de 50 associations nationales. Les compétitions les plus célèbres sont celles de Taiwan, de Hong Kong, du Canada, de la Chine et de la Suisse. Si la Chine à elle seule compte près de 50 millions de participants, La France peut également se vanter d’avoir sa propre Coupe depuis 2009.

Dragon Boat

Dragon Boat Israel (DBI) est né de l’initiative d’une équipe sportive canadienne qui souhaitait exporter cette pratique célébrée dans leur pays natal en Israël. Inaugurée en mai 2012 par 39 équipes dont 19 étrangères, la compétition israélienne mobilise chaque année depuis sa création jusqu’à 1000 pagayeurs de toutes les nationalités et de toutes confessions. Chrétiens, Druzes, Juifs et Musulmans joignent leurs forces à l’occasion de cette course qui a permis à Israël de lever plus de 140 000 dollars de fonds caritatifs destinés à la recherche médicale, aux avancées agricoles et à l’exécution de programmes d’intervention auprès des jeunes, entre autres.

Parmi les équipes en compétition lors du festival inaugural, l’équipe des Ohalo Dolphins (ex Ohalo College), 2ème au classement, ont réussi à passer champions l’année suivante en Israël et à se qualifier pour le Championnat International de Dragon Boat qui a eu lieu en Italie en 2014. Ce fut la première équipe israélienne à participer à une compétition internationale.

Le Dragon Boat fait l’objet d’un entraînement intensif tout au long de l’année. Avec 22 personnes à bord de chaque pirogue, dont 20 pagayeurs assis dans le sens du mouvement du bateau, sa pratique implique beaucoup d’endurance, de technique et d’harmonie, les trois clés d’une course réussie. A l’avant du bateau, le drummer (batteur) bat la cadence sauf pendant les compétitions où, par précaution, il utilise sa voix plutôt que son tambour pour éviter d’être confondu avec le bruit de ses concurrents. A l’arrière, le barreur veille au maintien de la ligne.

Originaire de Chine, la discipline du Dragon Boat est née d’un rite antique qui consistait à célébrer le réveil du dieu dragon après son hibernation en le priant d’amener une récolte abondante et d’épargner le peuple chinois des maladies en faisant des courses de bateaux. La légende veut que cette pratique soit devenue traditionnelle en hommage au sacrifice d’un célèbre poète et ministre chinois qui se serait suicidé en signe de résistance à la corruption.

Les bateaux sont traditionnellement taillés dans du bois et à l’effigie du dragon, maître de la nature et symbole par excellence de l’eau. Confirmés ou débutants, petits et grands, ainés ou cadets, la course est ouverte et accessible à tous ceux qui aiment la performance et qui ont l’esprit d’équipe. Avec sa popularité croissante, parions que la course de Dragon Boat sera bientôt inscrite aux J.O. !


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre