Carton plein pour la “flottille de la liberté”

Shares

Après l’arraisonnement sans grands incidents de la flottille pro-Gaza lundi dernier par la marine israélienne, le ministre de la Défense Moshé Yaalon avait déclaré qu’il « n’y avait aucune aide à bord » du bateau.

Bon, après vérifications, pas totalement mais presque !

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Ann Ighe, membre de l’association Freedom Flotilla Coalition a voulu démontré le caractère humanitaire de l’expédition en photographiant « le plus gros carton de l’expédition », soit un panneau solaire à destination de l’hôpital Al Shifa de Gaza City. Last but not least, elle n’a pas hésité à ajouter : « nous apportons des moyens de production, pas de destruction ».

Voilà donc de quoi se composait la « flottille de la liberté ».

Marchandises-flotille-Gaza

 

Étonnant quand même, lorsque que l’on sait que ces derniers jours, ce sont plus de 500 camions qui sont entrés à Gaza via le terminal de Keren Shalom. Dans leurs chargements, des médicaments ou encore des biens de première nécessité afin d’améliorer la vie des gazaouis.

Pourquoi donc vouloir absolument transporter si peu de biens vers l’enclave palestinienne, si ce n’est pour vouloir attirer le regard du plus de journalistes possible ?

Une fois de plus, les « activistes pro-Gaza » ont encore loupé leur coup. On a envie de dire, tout ça pour ça. Toute cette communication, toutes ces gesticulations auprès des différents médias pour un panneau solaire et un nébuliseur. 

Il aurait été moins coûteux d’envoyer ces deux malheureux cartons par UPS. 

Ou encore de laisser Israël les acheminer à Gaza après avoir été déchargées au port d’Ashdod (mais ça, c’est seulement s’ils voulaient vraiment aider les gazaouïs).

Mais non, ces faux-semblants ne trompent personne sur les véritables objectifs de la flottille.

Il faut rappeler qu’Israël maintient un blocus maritime et aérien mais laisse passer autant de marchandises et d’aides humanitaires que possible. Pas évident de faire autrement quand on sait que le Hamas, une organisation terroriste islamiste contrôle la bande de Gaza et favorise la contrebande à travers des tunnels souterrains qui servent aussi à mener des attaques contre le territoire israélien.

Comme l’a suggéré le Premier Ministre Benjamin Netanyahou, les activistes de la flotille aurait probablement dû transférer leurs marchandises en Syrie et non à Gaza où il n’y a pas de crise humanitaire.

Chers “activistes pro-Gaza”, ne vous donnez pas la peine de transporter vous mêmes cette trop généreuse aide humanitaire. Les autorités israéliennes se feront un plaisir de le faire pour vous.

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre