Les mines du roi Salomon rendues… au roi Salomon

Timna - équipe des fouilles
Shares

Colonnes du roi Salomon

Des archéologues de l’université de Tel-Aviv viennent de prouver que les “mines du roi  Salomon” de la vallée de Timna, près d’Eilat, étaient bien en activité pendant le règne du roi Salomon, et non sous le royaume d’Egypte, comme on l’a pensé au cours de ces 50 dernières années.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Une délégation d’archéologues de l’université de Tel-Aviv, sous la direction du Dr. Erez Ben Yosef, vient de briser un consensus scientifique établi depuis déjà près de 50 ans, qui attribuait les mines de cuivre de la vallée de Timna au royaume d’Egypte. La datation au carbone 14 de vestiges organiques récemment découverts prouve que l’activité des mines de cuivre fut à son apogée au 10e avant l’ère chrétienne, à l’époque du royaume unifié d’Israël sous le règne des rois David et Salomon. La délégation de l’université de Tel-Aviv a ainsi rendu les “Mines du roi Salomon” au monarque dont elles portent le nom depuis quatre-vingt ans.

“Jusque dans les années 60, le site de la vallée de Timna était connu sous le nom de ‘Mines du roi Salomon’, comme l’avait décidé l’archéologue Nelson Glick dans les années 30″ explique le Dr Ben Yosef”. Mais dans en 1969, l’archéologue Beno Rothenberg y découvrit les restes d’un petit temple dédié à la déesse égyptienne Hathor. “Rothenberg était un excellent archéologue, mais il ne disposait pas de moyens de datation sophistiqués. Aussi a-t-il automatiquement considéré que l’ensemble du site remontait à l’époque du nouveau royaume d’Egypte – fin du 14e jusqu’à la première moitié du 12e siècle avant l’ère chrétienne”

Des noyaux de dattes et un noyau d’olive

Les nouveaux  vestiges organiques découverts permettent de dater avec exactitude cette énorme usine de cuivre, comprenant des centaines de routes et des milliers de mines, de l’époque des rois David et Salomon, au 10e siècle avant l’ère chrétienne. Ces résultats se basent sur la datation au carbone 14 de 11 échantillons organiques – dix noyaux de dattes et un noyau d’olive – trouvés parmi des centaines de graines et d’ossements au cours des fouilles de la “Colline des esclaves”. Située au centre de la vallée, à proximité des deux énormes colonnes taillées dans la roche dites “colonnes du roi Salomon”, cette colline avait été découverte par Nelson Glick, qui lui avait donné son nom en raison des restes de muraille qui l’entourait, destinée selon lui à enfermer les esclaves qui travaillaient dans les mines. La colline avait été préservée jusqu’aux nouvelles fouilles entreprises par l’université de Tel-Aviv en 2012.

Timna - équipe des fouilles

Timna – équipe des fouilles

Les noyaux ont été envoyés au laboratoire de datation radiométrique de l’université d’Oxford, qui a déterminé que l’activité du site connut son apogée il y a près de 3000 ans, sans aucune preuve d’activité à la période plus ancienne dite du Nouveau royaume d’Egypte, avant la fin du 12e siècle. Cette datation concorde avec d’autres découvertes de l’équipe de Ben Yosef, dans l’un des principaux camps de fonderie de cuivre de la vallée de Timna.

“Les résultats des analyses du laboratoire de l’université d’Oxford, comme ceux du camp de fonderie prouvent tous qu’il n’y a rien d’égyptien sur le site, et que les mines de Timna étaient en activité au 10e siècle av. JC. Ainsi ces résultats mettent-ils fin à la conception selon laquelle la vallée de Timna auraient été égyptienne. Les excavations sur les deux sites nous montrent que la production du cuivre dans la vallée a culminé à la période du roi Salomon”.

Le Dr Ben Yosef explique que la construction du temple de Jérusalem nécessitait une énorme quantité de cuivre, car tous ses murs étaient recouverts de ce métal. La source de production de cuivre la plus proche était dans la vallée de l’Arava. Ceci étant “Il n’y a bien sur aucune preuve de la présence de David ou de Salomon sur le site” explique le Dr Ben Yosef. “Selon le texte biblique, et cela est confirmé par les découvertes sur le site, les mines n’ont pas été exploitées par les Israelites, mais par une tribu locale, probablement édomite, soumise à Jérusalem après les conquêtes du roi David”. D’après lui, un représentant de Jérusalem devait probablement être présent sur le site pour en assurer le contrôle et prélever des taxes.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre