L’obsession avec Israël vampirise la compassion mondiale

Shares

TheEconomist2

Au regard des nombreuses manifestations pro-palestiniennes qui se sont déroulées ces dernières semaines, on pourrait croire que le conflit qui oppose le Hamas et Israël est l’un des plus meurtriers… Eh bien non, nous révèle The Economist.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Dans une de ses récentes études, le célèbre magazine nous fournit une analyse très instructive. Il n’y a pratiquement aucun lien entre le nombre de victimes d’un conflit et l’intérêt que les individus portent à ce conflit. Ce bilan s’est intensifié ces dernières semaines.

Alors même qu’environ vingt fois plus de personnes meurent en Syrie, la guerre menée contre le Hamas, elle, capte beaucoup plus l’attention de la communauté internationale, notamment lorsque l’on consulte les recherches qui sont faites par les internautes sur Google.

TheEconomist1

La guerre irakienne, quant à elle, a fait des milliers de morts depuis le début de l’année mais ce n’est que depuis l’intervention américaine que la majorité des individus s’y intéressent.

Quant aux autres conflits, aucune attention ne leur est portée: Cette année, au moins 2 500 personnes sont mortes dans la République Centre Africaine mais les données sur ce sujet sont quasi-inexistantes…

L’opinion générale ne serait-elle pas atteinte d’une myopie sélective ?

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre