Israël devient le paradis du chocolat

Shares

En cette veille de l’ouverture du Salon du Chocolat à Paris, il est crucial d’évoquer l’engouement du chocolat en Israël. Une nouvelle culture du chocolat a vu le jour en Israël, avec l’ouverture de plusieurs dizaines de nouvelle boutique de chocolatiers. Maintenant leurs créations fines, fabriquées à la main sont vendues à l’étranger aussi.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Rencontre avec les acteurs de cette folie qui s’est emparée du pays où coulent le lait, le miel et désormais le chocolat.

Sweet N’ Karem a été fondée par Ofer Amsalem , il y a environ six ans. Sima Amsellem , sa femme,reçoit l’équipe d’Israël 21C dans son usine. Les taches brunes sur ses avant-bras dégagent un arôme chocolaté quand elle vous  tend la main pour vous saluer. Sweet N’ Karem  est situé dans le quartier d’ Ein Karem à Jérusalem.

Pour une femme dont le réveil est embaumé par les effluves de chocolat, Sima est étonnamment svelte. Elle n’a guère le temps de grignoter croulant sous les commandes.

« Ma clientèle est toujours en croissance, » dit elle à ISRAEL21c entourée  de tuyauterie versant de la praline fondue. « Chaque fois que nous pensons avoir terminé toutes les commandes, quelqu’un appelle. »

 La scène de chocolats fins en Israël est aussi chaude que le  liquide fondant qui sort des cuves de Sima Amsalem. Sa société représente environ 5,3 millions de l’ensemble du marché intérieur chocolat qui pèse  40 millions de dollars. Les grandes fêtes juives sont aussi la haute saison dans les ventes au détail du chocolat.

Ce phénomène n’est pas nouveau pour la région. La principale marque israélienne, Elite, a été créée en 1933 par trois familles d’immigrants et est toujours aussi forte après la fusion avec le groupe Strauss.

Ornat, fondée en 1987, était le premier fabricant israélien de pralines à la main. Aujourd’hui, il dirige un centre de visiteurs, un magasin d’usine au centre du pays au Gush Tel Mond. Ses articles emballés minutieusement, sont strictement cashers et sont vendus dans nombreux points de vente dans tout Israël et par le biais d’Internet.

 Mais l’idée du chocolat haut de gamme comme un produit israélien est entré dans la conscience mondiale que dans la dernière décennie, avec l’acquisition en 2001 par le groupe Strauss de Max Brenner « Chocolat par the Bald Man ».

A ce jour, les boutiques de chocolat Max Brenner ainsi que les Bar- restaurants Bar à chocolat sont présents dans les monde entier : en Australie, à Singapour , aux Philippines,  à Las Vegas, à Manhattan, à Philadelphie et à  Boston.

Souvent, les truffes et pralines de fabrication israélienne se distinguent par leurs saveurs et garnitures orientales comme le fruit de la passion, pistache, jasmin, cardamome et gingembre.

Pour l’amour du chocolat

 Vous entendrez la même passion dans la voix de Galit Alpert, un autre jeune mère. Sa ferme au chocolat Galita au kibboutz Degania Bet, près du Lac de Tibériade, est basée sur trois ans des stages intensifs de formation en chocolat et crème glacée qu’elle a terminé en Belgique. « J’ai découvert un nouveau monde du chocolat dont je suis tombée amoureuse. »

 Quand elle est revenue en Israël, elle a perfectionné ses pralines avant de mettre en place sa société à Degania. “j’aime la nature, donc pour moi c’est comme être dans le ciel. Ce que j’ai créé ici est non seulement une boutique de chocolat, un café et une usine mais aussi un centre touristique sur le chocolat. Nous montrons les méthode de fabrication du chocolat, et une partie de l’atelier est ouverte toute l’année, tous les jours, pour les adultes et les enfants.”

Elle emploie entre 30 et 40 femmes kibboutzniks et des étudiants du Collège de la région.

Les matières premières proviennent de Belgique et le personnel est formé par Alpert aux méthodes belges. Comme avec tous les chocolats fins, les produits Galita sont fabriqués avec des ingrédients frais et ne contiennent aucuns colorants, conservateurs ou arômes artificiels.

La touche chocolatée de la femme

 Une grande partie de l’entreprise de chocolat haut de gamme Max Brenner en Israël est fermement gérée par des femmes qui travaillent seules ou avec leurs maris. Des études scientifiques ont confirmé qu’il y a des spécialités qui sont faites pour les femmes: un sondage américain a même trouvé que beaucoup de femmes préfèreraient plutôt manger du chocolat que d’avoir des relations sexuelles.

Les femmes sont importantes non seulement dans la chocolaterie israéliennes mentionnées ci-dessus, mais aussi à des étoiles montantes comme Trinité chocolat de Tel-Aviv, Mishi Boutique chocolat dans Kiryat Tivon, basée à Petah Tikvah Roy chocolat, chocolats Ruti à Ramat Hasharon, chocolat Madame Gabrielle de Ramat Gan, Logochoko à Haïfa, Chocolate Dreams à Modi’in et Nona basée à Jérusalem.

 Karina Chaplinski, un chocolatier confiseur  argentin de troisième génération, a établi son atelier à  Ein Zivan, un kibboutz du Golan, après avoir émigré en Israël avec son mari et ses enfants il y a huit ans. Les produits sont vendus dans la boutique duty-free de l’aéroport de Tel-Aviv  et dans les hôtels haut de gamme, vins et magasins partout en Israël, et sur Internet.

Comme Ornat et Galita, De Karina exploite un populaire Centre des visiteurs, où adultes et enfants peuvent regarder la préparation de bonbons et de truffes, sculpter su chocolat et aussi déguster.

« Nous avons tant de gens venant de partout dans le monde qu’il faut réserver à l’avance, » affirme le directeur marketing Ruth Sade, une des employés âgée de 22 ans environ. « De nombreux groupes aux États-Unis demandent à  leur voyagiste pour planifier une visite ici. »

 De Karina a décidé d’associer sa marque aux pittoresques  hauteurs du Golan. Deux des créations de Chaplinski, par exemple, sont le Mont Hermon, cône rempli de dulce de leche enrobé de chocolat blanc, chocolat et Gamla, un régal de Rosh Hashanah populaire fait de lait, de miel et de noisettes. Ceux-ci se vendent bien dans les boutiques hors taxes d’aéroport, aux côtés de Ornat et autres marques, comme cadeaux à ramener à la maison d’Israël.

L’appel n’est pas seulement sensoriel, dit Ruth Sade. « De voir quelqu’un qui a fait son aliyah qui a émigré en Israël et a établi une entreprise qui réussit offre un bon feeling. »

En effet, avec de bons vins, des huiles d’olive et du fromage, le chocolat fait d’Israël une douce Nation start up.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre