L’auteur du film “l’Innocence des musulmans” n’est ni Juif ni Israélien, alors qui est-il ?

Shares

Le cinéaste, auteur d’un film anti-musulman qui agite les extrémistes islamistes du monde entier, dont notamment ceux qui ont pris d’assaut l’Ambassade américaine en Egypte et qui pourrait être aussi responsable de l’attentat meurtrier qui a tué l’Ambassadeur américain en Libye, suscite de nombreux doutes quant à son identité.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Après les émeutes du 11 septembre, un californien qui se fait appeler Sam Bacile a revendiqué  la réalisation du film “Innocence of Muslims” et s’est présenté comme  “Juif israélien” dans deux interviews à la presse. A l’une des questions posées par  l’Associated Press, il a comparé l’islam à «un cancer».

Mais une recherche dans les dossiers publics ou dans les différents comptes de Bacile et compte tenu des informations données par un chrétien radical qui a aidé à produire le film, il semblerait que «Sam Bacile” soit un pseudonyme et qu’il ne serait pas  Juif israélien mais arabe chrétien. On peux aussi voir de nombreux symboles chrétiens, introduits tacitement  dans le film, comme le montre la capture d’écran ci-dessus.

“Je l’ai rencontré deux fois. Il n’est pas  citoyen israélien . Il vit dans la clandestinité, a déclaré “Steve Klein, membre d’un groupe  chrétien, anti-islamiques d’extrême-droite qui prétend avoir contribué à la production du film.

Klein a déclaré que Bacile n’est ni  israélien ni Juif, et a suggéré qu’il était Arabe chrétien, citoyen américain.

Trois groupes chrétiens américains, dont deux identifiés comme des groupes haineux par le Conseil Southern Poverty Law (une association américaine reconnue pour ses travaux de surveillance sur l’extrême droite), et un troisième qui milite pour les chrétiens d’Egypte, les Coptes, seraient liés à la production ou à la distribution du film.

Le  très controversé pasteur, Terry Jones, qui en 2010 avait déclenché des émeutes en Afghanistan après avoir brûlé des exemplaires du Coran, a déclaré à ABCnews, qu’il avait été contacté pour aider à distribuer le film.

Klein, membre de l’Eglise de Kaweah, répertorié comme un groupe haineux et anti-musulman, a déclaré que Bacile et les autres bailleurs de fonds du film étaient «des réfugiés du Moyen-Orient.”

«Les gens avec qui je travaille proviennent d’une culture où ils ont été traqués et chassés de leurs foyers. Leurs proches ont été enlevés, violés et assassinés”, a déclaré Klein.

Les Chrétiens dans une grande partie du Moyen-Orient sont persécutés et leur sort est  une cause pour de nombreux chrétiens fondamentalistes américains.

Morris Sadek, chef de l’Assemblée nationale américaine copte, un groupe égyptien chrétien basé aux Etats-Unis, a confirmé à Reuters qu’il était impliqué dans la distribution du film.

Les clips du film, qui mettent en scène le prophète Mahomet comme un imposteur, un pédophile et un homosexuel sont apparus sur la page YouTube, d’une personne identifiée comme “Sam Bacile», qui a également laissé un commentaire plus tard sur YouTube dans un dialecte arabe égyptien.

«L’islam est un cancer,” a déclaré Sam Bacile à l’Associated Press avant la sortie du film, il aurait ensuite passé dans la clandestinité.

Dans deux interviews, Bacile a été contradictoire et incohérent dans ses informations.

Dans une interview  à l’AP, Bacile, a dit qu’il avait 56 ans, dans une autre, avec le Wall Street Journal, il a dit qu’il avait 52 ans. Selon son profil YouTube, il est âgé de 75 ans.

Dans une interview, “Bacile” se faisait appeler «le Juif israélien», dans l’autre, il se disait “israélo-américain”. Klein avait indiqué dans une interview que Bacile était préoccupé par le sort de sa famille encore en Égypte.

Les recherches fédérales et les dossiers publics, y compris les documents judiciaires civiles et pénales et les dépôts d’ immobilier n’ont révélé aucune référence à des personnes portant le nom de Bacile.

Il n’ya aucune trace d’un Bacile Sam, ou d’une personne portant un nom similaire, ayant reçu un permis d’agent immobilier en Californie.

Une petite partie du film,13 minutes, avait été diffusée en Juillet et a reçu peu d’attention.

Mais la semaine dernière, cette partie du film a été doublée en arabe. La vidéo a été visualisée rapidement des dizaines de milliers de fois, mais plus important encore, elle a été diffusée par d’influents prédicateurs radicaux musulmans avec de grands auditoires grâce à  la télévision par satellite.

La plupart des manifestants en Egypte n’avaient jamais vu la vidéo, mais ont dit c’est à cause de celle-ci qu’ils ont décidé de prendre d’assaut l’ambassade américaine le jour de  l’anniversaire du 11 septembre.

Par ailleurs, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères d’Israël Yigal Palmor a nié tout lien entre Israël et l’auteur du film L’innocence des musulmans.

« Nous n’avons aucun renseignement sur le réalisateur. Au cet instant personne ne peut confirmer qu’il possède la nationalité israélienne », a déclaré Palmor.

« Il ne l’a pas fait pour nous, ni en coordination avec nous ni par aucun canal connecté aux institutions israéliennes. C’est un franc-tireur, il ne représente que lui-même », a ajouté le diplomate israélien.

Cet article a été adapté du travail journalistique de Russell GOLDMAN et David WRIGHT  pour ABCNews et de la position officielle du Ministère israélien des Affaires étrangères.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre