Terroriste “modéré” ou victime sans défense ? Guide de la propagande palestinienne

Shares

#Palestinian_child_was_executed a fait le buzz sur les réseaux sociaux, ainsi que des images illustrant les terroristes neutralisés comme des enfants innocents exécutés par Israël.

Les médias sociaux palestiniens et arabes sont animés par des images incitant à la haine qui dépeignent les auteurs d’attaques contre des Israéliens comme des victimes innocentes de l’agression israélienne.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

La désinformation n’est ni nouvelle, ni inconnue à la campagne de propagande palestinienne, mais elle semble s’être amplifiée avec les récents événements.

Presque chaque image d’un terroriste neutralisé est rapidement transférée vers les réseaux sociaux et est dépeinte comme une exécution de sang-froid.

La campagne n’a pas épargné le propre porte-parole de Mahmoud Abbas, Nabil Abou Rudeineh, qui a déclaré lundi 12 octobre, “qu’Israël a exécuté Hassan Manasra”, âgé de 15 ans, qui a été tué, après avoir commis une attaque au couteau dans le quartier de Pisgat Zeev à Jérusalem.

Abu Rudeineh compare le cas Manasra au meurtre de Mohammed Al Dura au cours de la deuxième intifada, les Palestiniens ayant à l’époque accusé les Forces de Défenses d’Israël. Il qualifie la mort de Manasra “d’exécution de sang-froid” et a appelé le gouvernement israélien d’arrêter les coupables. Abu Rudeineh a averti que les choses risquent d’échapper à tout contrôle.

photo2

De manière générale, les terroristes qui sont arrêtés sont dépeints comme des victimes du ” sentiment anti-arabe” des forces israéliennes de sécurité. Selon les Palestiniens, des soldats israéliens et la police israélienne cherche à blesser des arabes innocents, principalement des femmes et des enfants.

photo3

La participation des mineurs dans les récents attentats a été exploitée par la propagande des Palestiniens. Une vidéo montrant Ahmed Manasra, 13 ans, avec son cousin Hassan Manasra, 15 ans, après qu’ils aient perpétré lundi 12 octobre dernier, un attaque qui est devenue virale sur les médias sociaux palestiniens. Ils ont poignardé un jeune garçon juif de 13 ans, le blessant gravement et Yosef Ben Shalom, 21 ans, le blessant sérieusement.

Ahmed a été grièvement blessé par les Forces de sécurité qui tentaient de l’interpeler ainsi que son cousin Hassan qui a été tué. La vidéo a montré Ahmed gisant sur le sol, blessé et entouré par les Forces de sécurité israéliennes qui semblent ne pas lui fournir de soins médicaux. À la suite de cette vidéo, les médias sociaux palestiniens ont fait le buzz avec le hashtag : #Palestinianchildwasexecuted. Les postes ne font aucune mention de son implication dans l’attaque terroriste à coup de poignard.

Une image de femmes terroristes qui a commis une attaque à coup de couteau lundi près de la Colline des Munitions à Jérusalem s’est propagée aussi rapidement sur les médias sociaux palestiniens. La terroriste, âgée de 16 ans originaire de Jérusalem-est, a poignardé un garde-frontières le blessa légèrement. La victime a réagi rapidement et a tiré vers la jeune assaillante la blessant modérément. L’image la montre entourée par la police, comme si elle était une victime innocente, et non une terroriste.

photo4

Une autre photo d’un enfant de 3 ans, que les rapports palestiniens revendiquent comme tué dans une frappe aérienne israélienne à Gaza, a été très virale sur les médias sociaux. Certains des rapports palestiniens cherchent à établir une comparaison entre l’enfant et l’image emblématique de l’enfant réfugié syrien Alan Kurdi noyé et rejeté sur le rivage en Turquie le mois dernier.

photo 1

Les principaux médias arabes comme Al Jazeera et Al Maydan ont traités en détail, la vague de terreur, en rapportant chaque mort palestinien et en les présentant comme des victimes d’assassinats par les Forces de sécurité, même s’ils étaient impliqués dans les attaques de coups de couteau.

Les médias arabes plus modérés rapportent en général : “un palestinien a été tué après avoir “prétendument” poignardé un israélien.

En même temps, le narratif palestinien “d’une tentative israélienne de changer le statu quo sur le Mont du Temple” a gagné du terrain, outre les revendications constantes par les Palestiniens, que les “Forces de sécurité israéliennes visent délibérément les journalistes qui couvrent les affrontements en Cisjordanie”.

Chaque jour de nouvelles chansons palestiniennes d’incitation à la haine sont téléchargeables sur les médias sociaux, pour tenter de rallier l’opinion publique en s’appuyant sur les tensions religieuses existantes, afin d’encourager davantage d’attaques.

Source Ynet


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre