“Cuisine fusion” à l’israélienne

Shares

Israel_Masterchef

On ne peut voir ce genre de choses et cette mixité  qu’en Israël : le vainqueur du Master Chef  (édition Israélienne 2012 – 2013)  est un allemand de 34 ans  converti au judaïsme et ses concurrentes une arabe Israélienne portant le Hijab  et une juive religieuse orthodoxe.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

 Les téléspectateurs israéliens ont eu droit cette année a une finale exceptionnelle et confessionnellement très bigarrée de la version israélienne et casher de la célèbre émission culinaire MASTER CHEF : s’y affrontaient un  Chrétien d’origine allemande installé en Israël, converti au judaïsme et avocat à Tel-Aviv oppose a   deux “ferventes” candidates,  une juive pratiquante et une infirmière arabe israélienne de confession musulmane coiffée d’un « hijab » blanc.

 Un casting éclectique qui a fait recette. Avec un taux d’audience de 43% ( soit 1 Million 450.000   téléspectateurs) la  finale du programme culinaire a en effet pulvérisé tous les records d’audimat.

En outre, la participation d’une candidate musulmane pratiquante à une émission télévisée Israélienne de ce type constituait une première, d’autant que celle-ci n’avait pas sa langue dans sa poche. A la fin de l’émission  « Master Chef », la jeune infirmière arrivée en seconde position a exhorté les jeunes filles du secteur arabe « à ne pas avoir peur du monde extérieur, et à sortir de chez elles ».

Le vainqueur Tom Franz a  quant à lui,  grandement impressionne le jury par ses mets originaux et tout en finesse dans lesquels il n’a pas  hésité à marier savamment la cuisine occidentale aux saveurs epicees de la cuisine orientale et  israélienne.  

Chouchou du public, ce géant  de 1 mètre 95 aux mèches blondes et au sourire charmeur a rapidement conquis les faveurs des téléspectateurs Israéliens   en révélant avec sincérité son parcours spirituel. Force est de constater que son histoire est touchante et atypique. Il est né  à Cologne  en 1979,    adolescent en plein questionnement existentiel, il découvre la foi lors d’un échange scolaire en Israël,  décide  d’adhérer à cette culture, de  se convertir  au judaïsme et de faire son Alyah (d’immigrer en Israël .  Il fait du bénévolat dans les hôpitaux, se marie à une Israélienne  Dana issue d’une famille de survivants de l’Holocauste.

En recevant son titre de  Master Chef, Tom Franz a déclaré ému jusqu’aux larmes : « Je remercie mon épouse et le Créateur du monde ».  

Le triomphe médiatique d’un allemand en Israël, a quelques jours de l’anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz et à la veille des 80 ans de l’avenement au pouvoir d’Hitler  est assez remarquable et symbolique.

Une nouvelle preuve, si besoin en était, de l’ouverture, du pluralisme et de la tolérance  d’Israël  sur le plan humain, culturel et gastronomique .

Peut-être la gastronomie réussira là où la politique a jusqu’à ce jour échoué ? 

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre