Musulman, iranien, gay et bientôt rabbin

Shares

Les débats sur la vie privée suscitent généralement de nombreuses réactions dans la presse internationale. Mais cette nouvelle-ci que nous relayons sur Coolisrael.fr serait presque passée inaperçue en Israël.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

A travers cette information, ce n’est pas tant la trajectoire professionnelle d’un homme qui a ému le monde entier, mais davantage l’itinéraire intime d’un citoyen comme un autre.

Cet homme, Dario D. Hunter, avocat spécialisé en droit environnemental de son état, sera le premier Rabbin au cheminement aussi engagé qu’exceptionnel.
L’étudiant en question sera ordonné rabbin le 25 Août prochain à la suite d’une formation théologique en Israel.

Cette future nomination, Dario l’envisage comme le fruit de son parcours personnel : de mère afro-américaine, de père musulman, de famille iranienne, ce juriste se revendique également membre de la communauté gay, composante à part entière de la société israélienne.

Son espoir : faire accepter cette double, voire triple identité.

Au cours de l’année 2011, ce diplômé de l’Université Princeton a émigré en Israël, afin d’achever son apprentissage religieux loin de son New Jersey natal.

Son parcours n’est pas sans nous faire rappeler celui de R.Yossef qui, dès 2008 depuis sa ville de Netanya, aspirait déjà à faire émerger en Israël une association d’orthodoxes gays en plaidant activement pour un idéal de diversité. Braver tabous et résistances : de toute évidence, une trajectoire qui risquera d’en surprendre plus d’un!

Dario Hunter invoque – paisiblement – une coexistence possible entre identité homosexuelle et juive orthodoxe.

C’est avec les années que l’idée a fait son chemin. La littérature et le cinéma ont fait le reste.
Le premier métrage de Haïm Tabakman, le sublime “Eyes wide open” avait d’ailleurs marqué les esprits, lors de sa présentation au festival de Cannes en Mai 2009, en peignant les amours de deux hommes sur fond de religion.

L’écriture pour narrer, construire et faire accepter : la trinité sans faute du cinéma israelien qui n’y va jamais par quatre chemins.

Si aucune vélléité, ni même course à l’audace ne se dégage de tels parcours humains, le fait de voir Dario Hunter accéder à de telles fonctions religieuses n’est pas anodin.

D’une discrétion absolue, le futur rabbin officiera donc en Israël ou aux Etats-Unis dans les mois à venir. Son quotidien : préparations aux mariages, aux cérémonies diverses, visites des familles. Comme tous les autres rabbins. Hommes ou femmes, nés ici ou là.

Sally


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre