Al-Aqsa le bras armé médias du mouvement Islamiste Hamas

Shares

 

alaqsa

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Ville de GAZA – C’était un mardi après-midi juste à l’extérieur d’un studio de radio sombre. Cinq minutes avant l’heure du spectacle. Et l’homme des médias du Hamas venait d’arriver.

Ibrahim Daher, directeur de la radio Al-Aqsa contrôlée par le Hamas, regarda à l’intérieur du studio de diffusion où un homme s’invective dans un micro. Des images d’hommes masqués tirant des roquettes et des tirs de mitrailleuses à partir des ordinateurs et les téléviseurs à proximité. Tout avait l’air parfait, déclara Daher.

«C’est notre nouveau studio, où nous faisons maintenant l’ensemble de nos émissions», a déclaré Daher, qui dirige la couverture des nouvelles de la radio Al-Aqsa dans la bande de Gaza depuis plus d’une décennie. «Pendant la guerre, un missile israélien a détruit notre ancienne station – la deuxième fois Israël nous a ciblé – donc nous avons dû déménager ici. Les Israéliens essaient de détruire al-Aqsa, mais ils ne peuvent pas “.

 

Daher et l’ensemble des médias d’Al-Aqsa – qui comprend une station de télévision, une société de production et un site Web – ont communiqué et imposé les fables du Hamas depuis l’époque du deuxième soulèvement palestinien. Aujourd’hui, il représente l’un des éléments les plus tenaces du mouvement. Alors que les déficits budgétaires ont dévasté d’autres parties du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas, sa voie médiatique continue à fredonner dans les studios venteux donnant sur la mer Méditerranée.

 

À la radio-délirante de Gaza, où plus d’une douzaine de stations de radio locales sont en concurrence pour l’écoute de 1,8 million d’habitants, les ondes alimentent les rythmes émotionnels et politiques de la vie locale. Mais aucune des stations n’a la portée et l’influence d’al-Aqsa qui est, selon les spécialistes, l’équivalent d’un média officiel de l’Etat. Cet été, au cours de la guerre du Hamas contre Israël, al-Aqsa a été la source première de l’information. Et maintenant, comme Israël et le Hamas continuent de mener une guerre médiatique sur les gagnants et les perdants du conflit, l’équipe des médias du Hamas semble avoir démarré en force.

Talal Okal, un analyste politique de Gaza déclare : “Le Hamas est très bon communicant. «Les gens les écoutent chaque jour, et chaque jour ils parlent franchement et tendrement du Hamas. A cause de la radio et de la télévision, beaucoup de gens croient le Hamas “.

Il ajoute : Mais, al-Aqsa ne relate pas tous les faits – seulement ceux qui font donnent au Hamas une image positive.

Aux yeux de nombreux Palestiniens, le Hamas est très positif en ce moment. Un récent sondage du Centre palestinien pour la politique et la recherche a montré une augmentation soudaine de la popularité du Hamas après la guerre, qui a pourtant tué plus de 2.100 habitants de Gaza et plus de 70 Israéliens. Malgré la contradiction avec ce nombre de morts, 79% des Palestiniens affirment que le Hamas a gagné la guerre.

 

Qu’al-Aqsa s’attribue ce mérite n’est pas claire.

 

“Il y a une composante émotionnelle énorme quand on vit dans un endroit comme Gaza au cours d’une guerre”  déclare Matthew Levitt de l’Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient. “Maintenant, c’est juste après la guerre, ces chiffres” peuvent encore tomber.

Mais il y a peu de temps, Daher, derrière un large bureau en chêne, a prédit que le soutien du peuple pour le Hamas allait perdurer- en partie grâce à al-Aqsa.

Il a déclaré : «Nous croyons que nous jouons le rôle principal dans la popularité que connaît le Hamas. Lors de chaque intervention du Hamas, nous intervenons à ce sujet, et ainsi nous stoppons toutes les rumeurs. Beaucoup de gens nous écoutent à travers la bande de Gaza “.

 

Daher affirme : La stratégie d’Al-Aqsa pour couvrir les nouvelles est simple.

 

Il explique : “Notre politique a toujours été de garder le silence sur certaines nouvelles.  «S’il y avait de mauvaises nouvelles au cours de la guerre, ou si quelque chose s’est mal passée, nous gardons simplement le silence à ce sujet. Et maintenant, nous gardons la plupart du temps le silence à propos du blocus, et le fait que le Hamas n’était pas en mesure de le lever pendant la guerre “, ajoute-t-il en se référant au siège partiel de Gaza par Israël.

Mais, bien que Daher ne veuille l’avouer, al-Aqsa a, aussi toujours historiquement véhiculé des propos plus militants.

Fin 2006, quelques mois avant le Hamas ne s’empare violemment du pouvoir à Gaza et chasse le Fatah, une faction politique palestinienne rivale, la bande était agitée par des troubles politiques. À la radio al-Aqsa, le Hamas a appelé les membres du Fatah “escadrons de mercenaires de la mort” et “conspirateurs.” Et le Fatah, de la même façon, a appelé le Hamas «tueurs d’enfants ». Les spectateurs craignaient que cette rhétorique puisse inciter à une guerre civile.

“Si nous voulions, nous pourrions brûler Gaza” a alors déclaré Daher à l’Associated Press. “Les radios jouent à l’incitation. Il n’y a pas de radio neutre dans la bande de Gaza; tout n’est que factions. ”

Une fois que le Hamas – un groupe islamiste considéré comme une organisation terroriste par Israël et les Etats-Unis – avait le contrôle de la bande de Gaza, Al-Aqsa s’en est pris à Israël dans le programme télévisuel pour enfants appelé “Les Pionniers de demain”. Les critiques disent que le spectacle, qui présentait un Mickey Mouse, était une tentative à peine voilée pour inciter à la violence contre les Israéliens.

De tels programmes ont alimenté les think-tanks pro-Israëliens, tels que l’Institut de recherche des medias du Moyen-Orient, qui examinent les médias palestiniens pour ce qu’ils appellent la propagande terroriste. De la même manière, les groupes pro-palestiniens examinent les médias israéliens avec partialité.

La dernière guerre, qui couvait depuis longtemps cet affrontement médiatique, l’a intensifié.

Alors qu’Israël a comparé le Hamas à l’Etat islamique, Al-Aqsa TV a diffusé la musique enjouée d’une vidéo qui accompagne plusieurs clichés de roquettes, de combattants masqués et d’israéliens épuisés. Les chanteurs du Hamas entonnaient en hébreu «exterminer le nid de cafards », « expulser tous les sionistes … qu’une pluie de roquettes s’abatte sur eux ». “Faîtes de leur monde une horreur”.

 

 

Localement dans la ville de Gaza, la famille des médias d’Al-Aqsa a également œuvré, en quadrillant le quartier encourageant les habitants de Gaza à supporter les combats – jusqu’à ce que, bien sûr, une frappe aérienne israélienne détruise ses studios.

Certains habitants de Gaza ont dit qu’ils trouvent de l’espoir en écoutant les informations données par al-Aqsa, mais d’autres doutent de leur véracité.

Le journaliste local Abeer Ayyoub  déclare : “Nous ne sommes pas des êtres humains surnaturels. Nous sommes normaux et ils mettent beaucoup de pression sur nos épaules pour continuer le combat. . . . Nous sommes très fatigués. ”

C’est un élément qui témoigne de la complexité de la vie dans la bande de Gaza, où plusieurs habitants expriment leur fierté quant à la volonté du Hamas de combattre Israël, mais qui cependant restent déçus par le manque de résultats de la guerre.

Amna Abu Harbeed dit que la radio al-Aqsa ne peut pas masquer la dure réalité de Gaza: taux de chômage élevé, destructions éclairs et de faibles perspectives de changement.

Dans la rue bondée sous les studios d’Al-Aqsa, elle déclare :”Ce n’était pas une victoire du tout, comme le Hamas l’affirme. Ce fut une défaite. Qu’est-ce que le Hamas à libérer? Rien! Nous avons perdu beaucoup, et c’était une catastrophe pour le peuple palestinien “.

Au-dessus de la rue, dans la partie supérieure de la construction d’al-Aqsa, Daher concède que Gaza a des problèmes importants. Mais, il affirme que cela ne signifie pas qu’al-Aqsa a besoin d’en parler.

Daher déclare : “La principale chose que nous soulignons est l’activité de la résistance, et combien de personnes le soutiennent. Nous ne sommes pas intéressés à montrer autre chose, tels que les succès israéliens ou comment les entreprises ont été meurtries par la guerre ou comment les habitants de Gaza ont fui la ville à cause de cela.”

Il réfléchit un instant. «Nous choisissons ce que nous couvrons. »

 

Vu sur le Washington Post


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre