Le Pape François, une visite au Moyen-Orient emprunt de spiritualité

Shares

pope1 La visite papale a débuté le samedi 24 mai 2014 à Aman (Jordanie), s’est poursuivie à Bethléem (Cisjordanie) pour se terminer en Israël le lundi 26 mai 2014. À son arrivée en Israël, le Pape François a été accueilli par le Président Shimon Pérès et le Premier Ministre Benjamin Netanyahou qui ont tous trois prononcé un discours sur le tarmac de l’aéroport Ben Gourion devant nombre d’officiels et représentants religieux. Le Pape François, lors de son discours a tenu à souligner “Je suis venu en pèlerin en Terre Sainte, riche en histoire et lieu des principaux évènements à l’origine du développement des trois grandes religions monothéistes, le Judaïsme, le Christianisme, ainsi que l’Islam. Pour beaucoup, cette visite bien que d’une courte durée, a été chargée de symboles et fut le reflet du lien profond et ancien des relations judéo-chrétiennes. 2014 marque par ailleurs le 50ème anniversaire de la rencontre historique entre le Patriarche Athenagoras ainsi que le Pape Paul VI. C’est dans un but de commémoration que le Pape François a effectué sa visite en Terre Sainte. C’est donc dans cette perspective que le Souverain Pontife a effectué diverses rencontres et visites de lieux sacrés. En outre, le Pape François, dès son arrivée au Moyen Orient, a rappelé au monde entier que son pontificat était placé sous le signe de la proximité avec les fidèles en discutant avec eux à de nombreuses reprises et en s’adressant au peuple israélien directement lors de son discours à son arrivée en Israël. pope3 Cette visite du Pape a été préparée dans les moindres détails entre les diplomaties du Vatican et d’Israël. Tournée vers le passé comme vers l’avenir, les symboles ont été nombreux. En se rendant au Mur des Lamentations, le Pape Francois a accentué le caractère spirituel de sa visite. De là, il a glissé, comme le font traditionnellement les juifs, dans les interstices du mur, un petit papier sur lequel était semble-t-il inscrit un voeu en faveur de la paix. Devant ce mur dont l’importance est grande au regard du judaïsme, le Saint Père a par la suite fait une accolade chaleureuse et fraternelle au Rabin Abraham Skorka ainsi qu’au Professeur musulman Omar Abboud, tous deux proches amis argentins du Pape François (pays d’origine de ce dernier) qui l’ont accompagné tout au long de son pèlerinage. Ce moment fut empli d’émotions et fort en espoir de réconciliation dans la ville de Jérusalem, “ville de valeurs universelles” et “point de référence spirituel” selon le Souverain Pontife. Par la suite, le Saint Père s’est rendu au Mont Herzl. En choisissant de rendre hommage à Theodore Herzl sur sa tombe, il fut la figure emblématique du sionisme, c’est la reconnaissance du retour des juifs sur leur Terre qui est célébrée. Ce moment au cours duquel le Souverain Pontife a déposé une gerbe de fleurs puis allumé une bougie du souvenir et prononcé une prière, fut emprunt de solennité et de recueillement. Par la suite, le Pape a marqué une étape au mémorial des victimes israéliennes d’attentats. Cette visite, non prévue dans son agenda, est probablement à mettre en relation avec l’attentat de Bruxelles dans le musée juif le samedi 24 mai et qui a couté la vie à 4 personnes. Le recueillement s’est poursuivi pour le Pape qui, après, s’est rendu à Yad Vashem, mémorial des victimes juives des atrocités du régime Nazi durant la Seconde Guerre Mondiale. C’est au cours de ce moment que les mots prononcés la veille pendant le discours de Jorge Mario Bergoglio ont résonné: “il faut oeuvrer en faveur de la fraternité et du respect du prochain” il a ajouté qu’il dénonçait la “tragédie incommensurable de la Shoah”. Au cours de sa visite, le Pape François s’est recueilli au sein de tous les lieux de culte majeurs des trois grandes religions monothéistes (Basilique du Saint Sépulcre, le Mur des Lamentations, L’esplanade des mosquées) accentuant la dimension religieuse et spirituelle de sa visite. Le Pape a par la suite rendu visite aux grands Rabbins ashkénaze et séfarade de Jérusalem pour rappeler les liens d’amitié judéo-chrétienne forts qui figurent parmi les priorités du Saint Siège. Enfin, le Pape François a achevé sa matinée marathon par deux rencontres importantes : celle avec le Président israélien Shimon Pérès suivi d’un entretien privé avec le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou. Confirmant sa volonté de Paix dans le monde et plus encore en Terre Sainte, le Souverain Pontife a souhaité réunir les différents acteurs Mahmoud Abbas et Shimon Pérès, dans un lieu emprunt de spiritualité et les a invités au Vatican début Juin. Les responsables politiques ont immédiatement accepté cette invitation, laissant présager un espoir dans les efforts mutuels menés en faveur d’une paix juste et durable entre les deux peuple.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre