La Ligue arabe vante la liberté des Arabes en Israël

Shares

arabeslibres_2

Mardi dernier, la Ligue arabe a appelé les électeurs arabes d’Israël, qui représentent quelque 20 % de la population, à voter « massivement » aux élections législatives israéliennes.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Rares sont les occasions pour la Ligue arabe, peu familière du système démocratique, d’inciter les populations musulmanes à jouir de leurs droits de citoyens.

Car oui, en Israël, et il faut le rappeler à tous ceux qui ne veulent pas l’entendre, les Arabes israéliens, musulmans ou chrétiens, qu’ils soient modérés, radicaux, islamistes fondamentalistes, antisionistes, laïcs ou religieux, ont le droit sacré de choisir un candidat qui représentera leurs intérêts au parlement national.

Une liberté que les pays membres de cette Ligue arabe n’ont jamais offerte à leurs propres citoyens.

Quoi qu’il en soit, un parti mixe (Juifs et Arabes) et deux partis arabes étaient en lice pour les dernières élections législatives israéliennes. Parmi eux, le parti “Balad”, qui soutient ouvertement la lutte armée contre Israël, et qui a recueilli 3 sièges sur les 120 que contient le parlement israélien.

Un autre parti, “Ra’am-Ta’al”, a quant à lui, réussi à devenir la première force politique arabe avec cinq députés à la Knesset. Ra’am-Ta’al estime qu’Israël devrait permettre à des tribunaux religieux islamiques d’exercer des fonctions judiciaires.

Quel Etat au monde, autre qu’Israël, permettrait la présence de partis politiques, dont le seul objectif avoué, vise au remplacement de son propre Etat par un autre ? Et où pourrait-on imaginer un tel scenario ? En France ? Aux Etats-Unis ? Au sein de l’Autorité palestinienne ? Dans un pays arabe quel qu’il soit ?

Même lorsque la Commission électorale centrale a tenté d’interdire à Hanin Zoabi de se présenter aux élections, pour avoir enfreint deux articles de la Loi fondamentale de la Knesset : “nier l’existence d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique» et avoir soutenu «la lutte armée d’un Etat ennemi ou une organisation terroriste contre l’Etat Israël”. Les neufs juges de la Cour suprêmes ont alors, à l’unanimité, rejeté cette demande, confirmant l’éligibilité de la députée arabe.

Une preuve de plus, s’il en fallait encore, qu’Israël est le seul phare de démocratie, de civilisation et de droits de l’homme dans tout le Moyen-Orient.

Soulignons donc le fait que lorsque la Ligue arabe appelle les citoyens arabes israéliens à voter, elle reconnaît donc de facto, le caractère démocratique de l’Etat d’Israël, qu’à tout autre moment elle s’empresse de rejeter.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre