Une femme arabe israélienne témoigne d’Israël tel qu’il est

Shares

Boshra Khalaila est une femme indépendante, laïque et une patriote arabe israélienne. Sans aucune affiliation politique, cette jeune femme arabe témoigne de la réalité d’Israël et de son quotidien.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Boshra a grandi dans le village arabe de Deir Hana en Galillée. Son premier contact avec les Israéliens juifs s’est fait à l’âge de 18 ans quand elle s’est inscrite à l’Université de Haïfa. Là-bas, elle a parlé hébreux pour la première fois et a commencé à développer une conscience politique et un attachement à l’état d’Israël.

Boshra souhaite rétablir la vérité sur son quotidien en tant qu’arabe israélienne. Elle a fait partie d’une équipe envoyée en Afrique du Sud pendant ‘La semaine de l’apartheid’. Elle a dû faire face à l’ignorance au sujet d’Israël.

Son atout est qu’elle peut contrer les étudiants anti-israéliens du Moyen-Orient en arabe, et en tant qu’arabe elle-même. Boshra raconte sa vie de femme libre, avec tous les droits qui s’y rattache, en comparaison aux autres femmes de son âge vivant en Jordanie ou en Egypte, qui n’ont pas la liberté d’expression ni le droit de vote.

Elle a témoigné devant les étudiants avoir le droit de fréquenter n’importe quel établissement, voyager dans n’importe quel bus et pouvoir se rendre dans n’importe quel magasin. Dans une émission radio islamique, Boshra a aussi souligné le fait qu’elle peut se rendre dans une mosquée pour prier quand elle le souhaite, conduire une voiture, n’est pas forcée de se marier à un jeune âge, comme c’est le cas pour une femme en Arabie Saoudite ou au Koweit.

Les Arabes ont les mêmes droits juridiques que les juifs. Pour Boshra, les problèmes auxquels on peut être confronté en tant qu’arabes relèvent davantage du fait qu’on ne peut exercer certains emplois pour lesquels le service militaire est obligatoire parce que les Arabes sont exemptés du service militaire. De la même façon il a parfois été difficile pour elle d’obtenir un logement.

Bien que Boshra a dû faire face à de nombreuses critiques et même à des menaces à cause de son engagement, elle persévère pour témoigner de la vérité et corriger les idées fausses, par exemple le fait qu’Israël soit un pays où vivent exclusivement des juifs. Elle relève la difficulté de s’engager en tant que femme, dans une communauté où les femmes sont considérées comme le sexe faible.

Cependant Boshra refuse d’arrêter son combat et veut continuer de témoigner de son quotidien en tant que citoyenne israélienne publiquement, au nom de ce pays qui lui permet de vivre librement, voyant ainsi son engagement comme un juste retour des choses.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre