Deux volontaires originaires de France racontent leur expérience de volontariat* en Israël

Shares

Bénédicte Bourdier a terminé ses études dans l’école d’infirmières de sa ville  natale, Limoges en France ; Jérémie Gachassin lui est diplômé en droit et était chargé de production pour un ensemble de musique contemporainedans sa ville natale, Bordeaux : tous deux ont rencontré des difficultés pour poursuivre leur route. Ils ont dû s’arrêter et recalculer leurs options pour l’avenir.
« Je cherchais un emploi », dit Bénédicte, «j’ai envoyé mon CV à l’hôpital, et au moment où j’ai envoyé des e-mails, j’ai réalisé que je ne veux pas encore faire carrière parce que je suis encore trop jeune, que je veux acquérir de l’expérience, voyager et pourquoi pas en tant que volontaire ! »

“La même chose m’est arrivée”, dit Jérémie “j’ai compris que mon avenir n’était pas encore tracé. Comme j’ai beaucoup travaillé avec les enfants par la musique, et que le groupe que j’ai dirigé en a aidés plusieurs, cela m’a appris à apprécier le travail avec des enfants, j’ai donc aimé enseigner. J’ai alors décidé de faire du bénévolat. ”

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Follows

Chacun d’entre eux a navigué sur Internet et a trouvé l’association française CIEUX, qui offre d’innombrables missions bénévoles dans plusieurs pays. Ils y ont envoyé un curriculum vitae, l’organisation les a mis en relation avec d’autres organisations à travers le monde, et la première à répondre était l’Association israélienne des volontaires-IVA, qui offrait plusieurs options aux deux jeunes Français, ainsi qu’avec l’association OSE (oeuvre de Secours à l’Enfant).
Bénédicte (23 ans) a choisi de faire du bénévolat dans un lycée et un jardin d’enfants ayant des ‘besoins spéciaux’ à Holon, et Jérémie (25 ans) a choisi l’école franco-israélienne du village de Mikve Israël. Sur le point de terminer leur année de bénévolat, tous deux partagent avec nous ici leur expérience, à la fois excités, fiers – et vous serez surpris, ils racontent surtout de bonnes choses sur Israël et sa société !

“Quand on m’a parlé de volontariat en Israël, je ne savais pas grand-chose sur cet Etat, mis à part ce que j’ai entendu aux nouvelles, lorsqu’il s’agissait principalement du conflit israélo-arabe”, se souvient Jérémie. Il est intéressant de comprendre ce qui se passe ici, de faire l’expérience du vrai Israël. ”

« Ce qui m’intéressait avant tout était de travailler avec des enfants ayant des besoins spéciaux », explique Bénédicte. « Quand j’ai vu que le volontariat était en Israël, la seule chose que je savais était qu’il y avait une guerre ici, je ne savais rien de ce pays, je ne savais même pas où c’était sur la carte… J’ai aimé le soutien que les Israéliens nous donnent: vous n’avez pas à demander d’aide, quelqu’un vient toujours vous offrir son aide. À Rosh Hashana (Nouvel An juif) et à Hanoukka (Noël juif), il y avait régulièrement des fêtes au jardin d’enfants, et le personnel m’a immédiatement invité à venir chez eux durant les vacances. »

Après avoir retenu la destination Israël, ils étaient tenus de passer à l’étape suivante – parlez à leurs parents. “Les nouvelles en France présentent Israël comme un pays en lutte constante”, explique Bénédicte.
« On en entend parler que lorsqu’un incident de sécurité survient, et au début j’ai dit à mes parents: ‘Comme vous le savez, je veux faire du bénévolat, alors j’ai trouvé du bénévolat avec des enfants ayant des besoins spéciaux. Quand j’ai dit que c’était en Israël, ils ont immédiatement demandé: ‘Peut-être que tu peux trouver un pays plus sûr? Donc ça a été plus qu’une simple conversation, mais ils m’ont finalement donné le feu vert.”

“J’ai vécu exactement la même histoire”, s’identifie Jérémie. « Dans ma famille, ils m’ont dit que c’était très bien de faire du bénévolat, mais que je trouverais un pays moins tendu, mais pour moi, il était question de découvrir Israël aussi. »

Et ils sont enfin arrivés en terre inconnue !

« Au début, je n’ai rien compris, parce que tout est en hébreu » se souvient Bénédicte. « Je voulais acheter du shampoing et j’ai accidentellement acheté un conditionneur, ou encore des gens m’ont posé des questions que j’ai cru comprendre, mais j’ai répondu par une réponse qui n’était aparemment pas vraiment liée. Ce n’était pas seulement la nouvelle langue qui rendait l’échange difficile pour elle. “La nature de la vie en Israël est très différente de celle de la France”, dit-elle.

« En France, tout est très lent, et je suis donc plus lente, alors qu’en Israël, je fais des choses tout le temps, et de plus en plus vite. Ce que j’ai beaucoup apprécié. Tout comme le soutien que les Israéliens donnent les uns envers les autres… Vous n’avez pas besoin de demander de l’aide, car immédiatement quelqu’un arrive : sachant que je faisais du bénévolat dans le jardin d’enfants où je me suis portée volontaire, le personnel m’a immédiatement invité à venir chez eux pour les fêtes juives, passer des vacances … ils m’ont vraiment adoptée. ”

“Il y a ici un sentiment d’unité qui n’existe pas en France”, reconnaît Jérémie.

« Les Français se sont sentis réellement solidaires après l’attentat contre Charlie Hebdo, quand tout le monde est descendu dans les rues de Paris. Ce fut la première, et peut-être dernière fois que j’ai ressenti de l’unité en France. »

 

L’année dernière, nous avons beaucoup appris et n’en avons pas moins été surpris : “L’une des premières choses qui m’a surprise …. C’est ce que les Israéliens pensent de la France”, explique Jérémie. “Je ne savais pas que nous donnions une opinion si négative que c’était dangereux en France. Et pour beaucoup d’Israéliens, la France c’était surtout Paris, alors il était important pour moi d’expliquer que la France compte bien plus d’endroits que Paris, qui est en soi comme un grand pays dans le pays ».

Et ils eurent d’autres réactions surprenantes, reçues de chez eux à la maison …

« Quand nous sommes arrivés à Bethléem, des amis français m’ont appelée parce qu’ils avaient entendu qu’il y avait eu un incident à Bethléem et qu’il y avait des combats partout », dit Bénédicte. Et moi je leur répondais en fonction de ce que je voyais : “Hé les filles, je suis là sur place… tout près de l’église, tout est calme, tout le monde chante, c’est vraiment génial.”

Jérémie raconte encore : “L’une des premières questions que mes élèves m’ont posée : ‘es-tu juif ?’ …‘Ah non, alors tu es chrétien?’ Et encore une fois après que j’ai répondu que non : «Donc tu es musulman ?. Et comme j’ai répondu que non : “Alors qu’est-ce que tu es ?” Il était difficile pour eux de comprendre le concept d’athée”. «Ils m’ont aussi demandé ça », dit Bénédicte avec une soudaine excitation, « et il leur était vraiment difficile de comprendre que je ne pratiquais aucune religion. »

 

“Je pense que c’est l’une des principales différences entre la France et Israël”, analyse Jérémie. “En France, la religion ne change généralement rien aux relations entre les gens … et ici tout est une question de religion. Pour nous, c’est étrange au début et on a du mal à s’y habituer.”

“Il m’est arrivé un autre truc aussi, il y a quelques semaines”, explique Jérémie.
« Il y avait le désordre habituel à Gaza pendant le Ramadan, alors toute ma famille a téléphoné en panique – je suis resté très calme : « Tout va bien, je vais bien. »
Ils ne comprennent pas que de tels événements sont très spécifiques et n’affectent pas forcément tout Israël. ”

“Justement à cause de tout ça, mes parents sont venus me rendre visite ici”, dit Bénédicte. “Ils ont vu Israël comme nous, et si je ne m’étais pas portée volontaire ici, ils n’y seraient probablement jamais venus.”

Mais il s’avère qu’eux-mêmes en Israël ont rencontré des réactions qui les ont surpris : beaucoup d’Israéliens ont eu du mal à comprendre pourquoi les jeunes Français non juifs voudraient faire du bénévolat ici. Pourquoi devraient-ils venir en Israël plutôt que dans d’autres pays, souvent plus proches géographiquement et en termes de mentalité, de lien envers la France ?

 

Ils ont dû aussi s’habituer au style de discours et aux ‘manières’ israéliennes…

« Le personnel des lieux où j’ai fait du bénévolat parle très fort», nous décrit Bénédicte : « Au début, j’ai été si choquée que je pensais que je faisais quelque chose de mal, mais tout de suite mon collègue est venu vers moi et m’a embrassée. Il est très important en Israël de regarder son interlocuteur dans les yeux. Une autre chose que j’ai pu remarquer c’est que les Israéliens parlent constamment au téléphone. Y compris en pleine activité professionnelle, ils nous ont fait attendre 20 minutes… en France ce n’est pas concevable : on ne peut pas parler au téléphone pendant son travail. ”

 

Malgré toutes ces différences culturelles, leur séjour ici nous est décrit comme un réel succès. Tous deux ont eu des relations personnelles étroites avec les enfants qu’ils ont traités et ont même appris à communiquer avec eux en hébreu.

Bénédicte : «J’ai appris tous les mots hébreux dont j’avais besoin pour communiquer avec eux : « Champion (Aluf !) »,« Tout mon respect (Kol Hakavod) », « Lavez-vous les mains (Lilhtzu Yada’im) », bref j’ai entendu des mots et je me rends compte que j’ai aujourd’hui déjà le vocabulaire de base d’une enseignante israélienne.

Jérémie : “Mon désir de poursuivre mes études dans ce domaine est la meilleure preuve du lien incroyable que j’ai créé ici avec les enfants et le personnel.”

Dans quelques semaines, ils reviennent en France, laissant derrière eux plusieurs mois d’expériences inoubliables, une année où ils se sont consolidés et où leur avenir a pris forme, et au cours de laquelle peut-être avant autre toute chose – ils ont mieux compris comment poursuivre le cours de leur vie.

Bourdieu: « Cela a été une année incroyable Si les gens veulent faire du bénévolat, et le temps – je suggère qu’ils le font sans crainte cela m’a changé et ma vie je me suis déplacé des choses tellement incroyables, je ne les remplacer quoi que ce soit une des choses que je…. C’est une décision de voyager plus en France, j’ai visité tout l’État d’Israël, et soudain j’ai réalisé que je n’avais jamais vu la France. ”

Jérémie : « La décision de faire du bénévolat a été l’une des meilleures décisions que je n’ai jamais prises ! C’est arrivé juste au moment où j’en avais le plus besoin : encore quelques mois, j’aurai alors digéré tout ce qui m’est arrivé cette année, je saurai dire plus précisément ce qui était si puissant. A côté de cela, je me suis vraiment éloigné longtemps de France… Et j’apprécierai beaucoup plus d’y revenir. La première chose que je ferai après avoir atterri ? Manger du fromage. »

*service civique international

Source Ynet


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre