Le négationnisme fait rage à la tête de l’Autorité palestinienne

Shares

Abbas

Comme tous les 27 janvier, aujourd’hui a lieu la journée internationale de commémoration de l’Holocauste, et cette année nous commémorons également les 70 ans de la libération d’Auschwitz-Birkenau, le plus grand camp d’extermination nazi. Pourtant le négationnisme fait toujours rage à la tête de l’Autorité palestinienne.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Dans la vidéo ci-dessous, Marhoum Golan, enseignant de l’Université Bar Ilan, demande fermement à l’Autorité palestinienne et plus particulièrement à son Président Mahmoud Abbas de retirer son livre, « l’autre visage », de la vente.

 

 

Le livre de M. Abbas, peu connu du grand public, se base sur sa thèse de doctorat dans laquelle il développe une véritable théorie du complot affirmant que le mouvement sioniste aurait amplifié le nombre de victimes à des fins politiques notamment l’accélération de la création de l’Etat d’Israël. Dans son œuvre de propagande, aux relents antisémites, M. Abbas minimise également l’ampleur du génocide et le nombre de victimes tout comme la responsabilité de leurs auteurs. Selon lui, le sionisme porte la responsabilité principale de l’extermination des Juifs d’Europe.

Il faut rappeler que cet ouvrage est en vente sur le site personnel de M. Abbas. Pis encore, il est utilisé comme support d’enseignement dans les écoles palestiniennes ce qui n’encourage évidemment pas les futures générations à promouvoir la paix. L’utilisation des programmes éducatifs palestiniens à des fins politiques est à déplorer et à dénoncer. Soulignons aussi que la Shoah n’est pas mentionnée dans les programmes scolaires enseignés dans les Territoires palestiniens. Le sujet est également tabou au sein de l’opinion palestinienne comme le prouve la démission plus que contrainte, l’année dernière, d’un professeur de l’université al-Quds qui avait emmené ses étudiants en Pologne afin de visiter les camps d’exterminations et de les sensibiliser à la Shoah.

Malgré une déclaration récente dans laquelle il affirmait que la Shoah constituait « le crime le plus horrible commis contre l’humanité », M. Abbas, passé maître dans l’art du double discours, continue donc de vendre son livre aux relents antisémites.

Il est pourtant impossible d’inciter à la paix si même l’école, premier pas vers l’avenir et creuset d’une nation, enseigne la haine.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre