Premier Bédouin musulman commandant de tank dans l’armée israélienne : “Mes parents sont fiers de moi”

Shares

mustafa 2

Le Caporal Moustapha Tabash est sur le point de terminer le stage pour devenir chef de char; “c’est l’occasion de prouver mes capacités, ” dit-il.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

L’armée israélienne s’apprête à recevoir son premier chef de char bédouin. Si environ 1 000 Bédouins arabes servent dans l’armée israélienne, la plupart d’entre eux sont pisteurs, ou dans des bataillons de reconnaissance de Bédouins.

Il se réjouit de commencer le travail pour lequel il s’entraîna dur ces derniers mois.

 « Le parcours était difficile. Il fallait constamment  être sur le terrain et se doucher qu’une fois par semaine,” a-t-il déclaré récemment. “Nous faisons tout avec le sourire et nous nous encourageons les uns les autres”.

“C’est merveilleux d’être le premier Bédouin dans le Corps des blindés”. Parce que “je suis le premier bédouin du stage, je suis toujours en test et il s’agit pour moi de montrer mes capacités”.

“Quand c’est difficile pour les autres soldats, ils me regardent comme un Bédouin qui n’a pas besoin de s’enrôler, cela les aide et je leur donne l’exemple.”

“Nous, les quatre hommes de l’équipage dormons et travaillons ensemble dans ce char. Chacun fait attention  à l’autre. Nous sommes plus que frères. « Mes parents étaient fiers de moi lorsque je leur ai annoncé », a poursuivi Tabash.

Le Caporal a dit que son service militaire était un moyen de mieux s’intégrer dans la société en général.  “Je tiens beaucoup à devenir officier et continuer dans le Corps des blindés .”

Tabash savait qu’il voulait rejoindre l’armée israélienne et devenir un soldat de combat, depuis qu’il a terminé ses études secondaires.

Il rejoint la 7ème Brigade blindée, où il a servi dans le corps blindé mécanisé, une tâche, dit-il, qu’il a appréciée. Il  a pris les fonctions opérationnelles de sécurité en Cisjordanie.

A son arrivée au stage de chef de char, Tabash a été accueilli par des commandants qui lui inculquèrent  l’idée qu'” il n’y a pas de problèmes – seulement  les solutions ” – une idée dit-il qu’il n’a pu comprendre qu’à ce stage.

 

Source en anglais Jerusalem Post

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre