Ces Arabes devenus influents en Israël

Shares

Israël, serait, selon ses antagonistes, un pays dictatorial et raciste et ses habitants soutiendraient un régime d’apartheid.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Pourtant la réalité israélienne est tout autre et Salim Joubran en est l’exemple le plus flagrant.

Salim Joubran est un citoyen israélien au parcours professionnel particulièrement brillant.
En mai 2004, il devient le premier juge arabe-israélien, à siéger de façon permanente à la Cour Suprême israélienne.

Originaire de Haïfa, il est né dans une famille chrétienne d’origine maronite libanaise. Après des études de droit à l’université Hébraïque de Jérusalem, il exerce en tant qu’avocat pendant 12 ans dans un cabinet privé avant de devenir juge à la cour de Haifa en 1982.

Il est nommé, en 2003, juge de la cour suprême israélienne et devient membre permanent en 2004. Il a été l’un des trois juges à condamner l’ex-président israélien Moche Katsav, lors de son jugement en 2011. Reconnu pour son expertise sur le droit criminel, il est connu pour sa sévérité face aux crimes sexuels ou liés à la drogue.

Les arabes israéliens représentent environ 20% (1,4 millions) de la population israélienne. Ils sont, par définition, les Palestiniens dont les ancêtres sont restés en Israël et ont obtenu la citoyenneté après la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël.

Lors de la création d’Israël en 1948, ses fondateurs ont déclaré que le pays ne serait pas seulement un Etat juif, mais aussi une société démocratique, où tous ses citoyens, indépendamment de leur religion, appartenance ethnique, race ou sexe, vivraient en paix et jouiraient égalitairement de leurs droits civiques.

Les arabes israéliens sont des citoyens à part entière de l’Etat d’Israël, avec une protection égale devant la loi et les mêmes droits politiques et juridiques que leurs concitoyens.

En tant que résidents israéliens, ils bénéficient de la sécurité sociale, perçoivent des allocations et disposent d’un droit de vote aux élections locales.

Haïfa, la troisième plus grande ville du pays, est considérée comme un modèle de coexistence pacifique, où Juifs et Arabes fréquentent les mêmes restaurants, centres commerciaux et cinémas.

En Israël, il existe trois partis politiques composés en majorité ou en totalité d’arabes-israéliens: le parti Raam Ta’al, Balad et Hadash. Les députés arabes ont été élus à chaque Knesset depuis la fondation de l’Etat d’Israël. Parmi eux, l’écrivain Emile Habibi, Tawfik Toubi (élu pendant plus de 41 ans entre la 1re et la 12e Knesset) et Taoufik Ziyad.
Ils détiennent actuellement 13 sièges sur les 120 que compte le parlement.

Les partis israéliens de droite et d’extrême droite comptent également des membres arabes-israéliens: Ahmed Dabbah, Majalli Wahaba et Akram Hassan pour Kadima, Ayoob Kara pour le Likoud et Hamad Amar pour Yisrael Beitenou.

Les arabes israéliens occupent aussi des postes clés au sein du gouvernement israélien. En voici une liste non exhaustive.

Fin février 2007, le député druze Majalli Wahaba, adjoint de la présidente par intérim Dalia Itzik et vice-président de la Knesset, a été pendant une semaine, à la tête de l’Etat d’Israël, en raison d’un voyage de la présidente intérimaire aux États-Unis. Il fut le premier membre de la minorité arabe d’Israël à occuper cette fonction.

Oscar Abu-Razek est directeur général du ministère de l’Intérieur depuis 2005.

Ali Yahya a été ambassadeur d’Israël en Finlande et est l’actuel ambassadeur d’Israël en Grèce depuis 2006. Ismail Khaldi est consul général adjoint d’Israël à San Francisco et Reda Mansour, le plus jeune ambassadeur de l’Etat d’Israël a été à 35 ans ambassadeur d’Israël en Equateur et est actuellement consul général d’Israël à Atlanta.

Le 3 mars 1999, Abdel Rahman Zuabi fut le premier arabe-israélien à siéger à la Cour Suprême. Il fut également nommé vice-Président de la cour du district de Nazareth. Lors de sa nomination, le ministre de la Justice Tzahi Hanegbi déclara que la nomination de Zuabi était un signe d’intégration réussie de la communauté arabe dans la vie du pays.

Jamal Hakrush est commandant adjoint de la police nationale israélienne depuis 2006.

Mohammed Abu Dauf, un Bédouin, est depuis 2008, vice-président du Conseil régional de Misgav – région de Galilée du nord d’Israël.

En plus de la fonction publique, les Arabes Israéliens sont aussi présents dans d’autres aspects de la société israélienne, y compris les sports, le divertissement et le journalisme.

Raslan Rana, arabe-israélienne, Miss Israël en 1999

Raslan Rana, arabe-israélienne originaire de Haifa a été élue en 1999, Miss Israël.

Khaled Abu Toameh est l’un des journalistes les plus réputés du pays. Il est correspondant aux affaires palestiniennes pour le Jerusalem Post et US News et World Report.

En 2004, l’Hapoel Bnei Sakhnin est devenue la première équipe de football arabe-israélienne à remporter la Coupe d’Israël de football et se qualifie pour la prestigieuse Coupe européenne.

Asala Shahada, jeune athlète de 17 ans, a remporté une médaille d’or aux Maccabiades – une compétition sportive ouverte aux athlètes juifs du monde entier et à tous les citoyens israéliens. Après avoir remporté sa médaille, Shahada a dit: «Le Maccabiah n’appartient pas seulement à tous les Juifs, mais aussi à tous les Israéliens, et je suis fière d’être Israélienne. “

Majd el-Haj, un professeur de sociologie à l’université de Haïfa, a été promu doyen du département de recherche et vice-président de l’université en 2005. L’université de Haïfa compte un nombre important d’étudiants et de professeurs arabes israéliens.

Walid Aboulafia, l’un des hommes les plus riches d’Israël, dirige,  avec sa famille, la célèbre chaîne de boulangeries Aboulafia.

D’autres personnalités ont accédé à la célébrité en Israël, comme le romancier Emile Habibi, les réalisateurs Elia Suleiman et Hany Abu-Assad, les actrices Hiam Abbass et Clara Khoury, l’actrice et chanteuse Mira Awad, les acteurs Makram Khoury (père de Clara), Mohammed Bakri et son fils Saleh Bakri, Yousef Sweid, Shredy Jabarin et Mahmoud Shalaby, le prêtre et directeur de collège Emile Shoufani et des joueurs de football tels que Abbas Souan.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre