Interview exclusive à l’UNESCO d’Ofir Drori, l’Israélien chasseur de braconniers en Afrique

Shares

Il y a deux semaines, nous vous parlions d’Ofir Drori, Fondateur de l’organisation LAGA, cet ancien officier de Tsahal devenu chasseur de braconnier au Cameroun et qui s’est vu récemment remettre la médaille du duc d’Édimbourg, des mains du Duc lui-même, époux de la reine d’Angleterre.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Nous avons rencontré Ofir lors de sa venue a Paris, où il a donnée plusieurs conférences, notamment à l’UNESCO.

Pour sa première interview pour un magazine français, cet amoureux de l’Afrique et de la nature a choisi coolisrael pour parler de son combat en faveur de la justice sociale qui fait défaut sur le continent africain.

Coolisrael : Ofir Drori, Bonjour. Comment cette passion pour la nature et pour l’Afrique est-elle née  ?

Ofir: A 18 ans, j’ai voyagé seul en Afrique, au Kenya. J’ai tout de suite été fasciné par les gens, la vie, la nature. J’ai compris que ma place était ici, que j’avais des choses à donner. Le cursus classique métro, boulot, dodo ne me convenait pas.

Coolisrael : Que représente pour votre organisation la médaille prestigieuse du Duc Édimbourg. Et quels sont vos projets pour le futur ?

Ofir : La médaille m’a apporté reconnaissance et légitimité et m’a permis de faire connaître mon organisation auprès d’un public beaucoup plus large. Mon but est d’avoir toujours plus d’influence et de toucher d’autres pays africains. Je lutte sur de nombreux fronts, contre la corruption, le trafic d’enfants… Mon combat n’a pas de fin.

Coolisrael : On lit dans certains articles que vous utilisez des méthodes militaires afin de pourchasser les braconniers. Lesquelles ?

Ofir : (rire) ça c’est le coté info choc que les médias apprécient. je n’utilise aucune méthode militaire. Par contre l’armée m’a énormément apporté dans la vie. J’ai appris à agir plutôt qu’à parler, à aller droit au but. 

Coolisrael : Grâce à votre travail, de nombreux mafieux se retrouvent derrière les barreaux. Mais certains en sortent rapidement du fait de la corruption… : 

Ofir : Bien sûr, mais je rappelle que notre principale mission est de lutter contre cette corruption-là,  pire fléau pour l’Afrique. La corruption est notre ennemi majeur. Nous parvenons à mettre en prison des politiciens, des magistrats et des policiers corrompus.

Coolisrael : On trouve peu d’ONG israéliennes en Afrique, comment vous l’expliquez ? et comment les ONG sur place, qui parfois sont très critiques envers Israël, vous voient-elles en tant qu’ancien officier de l’armée israélienne ?

Ofir : Je n’ai jamais, en 10 ans de carrière, eu le moindre problème à cause de ma citoyenneté. Au contraire, ils connaissent la réputation des Israéliens et leur rapidité d’action. C’est un atout important lorsque l’on  travaille en Afrique. 

Israël fait partie des trois  pays les plus actifs en matière de lutte contre la pauvreté en Afrique. Avec le Kenya et l’Inde, Israël apporte son savoir faire et participe grandement au développement du continent Africain. 

Au delà de la répressions, faites-vous aussi de la prévention ?

Ofir : Les personnes contre lesquelles nous luttons sont de vrais criminels, des mafieux. Ils sont riches, ont du pouvoir, ils savent que ce qu’ils font est illégal. Les gens ne sont pas corrompus parce qu’ils sont pauvres, mais la corruption est la cause de la pauvreté.  Notre seul moyen de lutte est de les faire emprisonner pour créer un effet dissuasif.

Vous habitez en ce moment au Cameroun… Est- ce qu’ Israël vous manque ?

Ofir : Israël me manque, surtout le lac de Kinneret, la mer et la plage.

Je suis un volontaire, comment puis-je soutenir votre action ?

Ofir : Sur notre site internet, toute une page présente la marche a suivre pour faire des dons financiers. Mais cela n’est pas le principal. Si vous avez envi de vous engager , mettez votre énergie au service de quelque chose de bien qui pourra rendre notre monde meilleur. Nul besoin de partir à l’autre bout de la terre, chacun peut aider à son échelle, dans son voisinage, en faveur des sans abris, il n’y a pas de petite action.

Un petit mot pour les lecteurs de coolisrael ?

Rejoignez notre combat, profitez de chaque occasion pour parler de ce qui se passe en Afrique. Nous avons besoin de renfort !


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre