Interview exclusive du DJ français Michaël Canitrot, à Tel-Aviv en août

Shares

Il est depuis 2003 appelé chaque année pour mixer lors de la célèbre montée des marches au festival de Cannes. En 2009 il avait enflammé les dancefloors d’Europe avec son titre “Desire”. Tous les fervents clubbeurs des prestigieuses enseignes que sont le Queen, les Bains Douches, ou  le Papagayo à Saint-Tropez ont certainement déjà vibré au son de ses platines. Le  DJ et producteur français Michaël Canitrot s’apprête à se produire  en Israël, le 14 août, au club en plein air le plus “hype” de Tel Aviv : le Clara.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

A l’occasion de sa venue en Israël, Michaël Canitrot a accepté de répondre en exclusivité à Coolisrael…

Michaël , déjà allé en Israël ?

Oui, plusieurs fois  en tant que touriste, pour y passer mes vacances. Mais jamais en tant que professionnel du clubbing. Je n’y ai jamais (encore) mixé.

Qu’as-tu pensé des nuits israéliennes ?

Tel-Aviv fait partie des grandes capitales du clubbing en ce moment. Surtout l’été pour les grosses soirées israéliennes. Il y a quelques années encore, la tendance était plus à la musique trance (mélodies répétitives et planantes  entre la techno et la house). Mais Tel-Aviv connait en ce moment une nouvelle vague de house a l’européenne qui me séduit énormément. Je garde un souvenir inoubliable d’une de mes soirées au club Haoman 17 sur le port de Tel Aviv.

Les forums de clubbeurs et, il y a deux jours, le guide de voyages Lonely Planet ont classé Tel Aviv parmi les villes les plus hédonistes du monde. Comment expliques-tu que Tel Aviv soit devenue en à peine 10 ans la “Miami du Moyen-Orient” ?

C’est tout d’abord du à un contexte : un climat extraordinaire, très favorable à la fête. Tel-Aviv est en plus une des premieres villes du monde à avoir lancé le concept des soirees en plein air, sur la plage. Je crois beaucoup aux clubs en plein air comme le Clara, aux beach parties, aux pool parties. Ensuite, il faut reconnaître que les clubs de Tel Aviv mettent le paquet sur la programmation : quasiment que des DJs prestigieux se produisent à Tel Aviv, ce qui en fait sa réputation. Puis, il y a aussi les équipements techniques qui sont à la pointe de la technologie. Enfin, Tel Aviv c’est un mélange, un mélange de public : israélien, européen, américain. C’est pour ça que Tel Aviv est un spot idéal. Un spot très prisé par les clubs et par les DJs.

D’autres DJs francais intéressés par Tel Aviv ?

Oui c’est totalement logique que d’autres DJs français prévoient de venir mixer à Tel-Aviv. Il y a une forte communauté de clubbeurs à Tel-Aviv. Surtout l’été. Pas mal de français d’ailleurs, et on (les DJs) a l’habitude de côtoyer ce public clubbeur français toute l’année dans les soirées de Miami, Megève, ou Ibiza. L’été, c’est à Tel Aviv !

Tu es le créateur des soirées “So, Happy in Paris ?” qui sont devenues des soirées de référence au sein des meilleurs clubs internationaux. Paris, Cannes, Miami, St Tropez ou encore Tokyo et Barcelone… Prévoies-tu une programmation musicale aussi raffinée, éclectique, festive, et intemporelle (House, Deep, Afro latino, Classics Disco), à Tel Aviv pour recréer une ambiance “So, Happy in Paris ?” dans la Ville blanche ?

J’exporte déjà le concept de mes soirées “So, Happy in Paris ?” dans les clubs de Londres, d’Ibiza et de Barcelone. A Tel-Aviv, je prévoie quelque chose de spécial mais différent des soirées “So, Happy in Paris ?”. Je vais tâter le terrain en Israël cet été !

Un message pour les lecteurs de Coolisrael ?

J’espère tout simplement vous voir le plus nombreux possible au Clara le 14 août. Et que cette soirée soit la plus grosse fête de l’été en Israël !

 

 

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre