Le Kova tembel fait un retour inattendu dans la mode!

Shares

Le Kova tembel  fait un retour inattendu dans la mode. En effet, les Bobs en tissu iconiques bénéficient d’un renouveau qui a atteint le Musée d’art moderne de New York. Le symbole d’Israel lui-même, le chapeau de simple tissu connu sous le nom de kova tembel a été, pendant plusieurs décennies, relégué dans les poubelles, les greniers et les marchés aux puces. Mais de nos jours, les hipsters israéliens nous font redécouvrir l’humble kova tembel.

Les origines du kova tembel (dont la traduction exacte est «bonnet») sont obscures. Selon Wikipedia, “tembel” peut être dérivé du turc et signifierait “paresseux”. Selon une autre théorie, le nom ‘kova tembel’ a été inventé parce qu’il était porté par les Templiers Allemands avec une prononciation arabe qui remplace le son ‘P’ par ‘B.’

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

D’autres attribuent le nom à l’école agricole Mikveh Israël où, la légende dit que les enfants infestés de poux ont couvert leurs têtes nouvellement rasées avec les casquettes en tissu.

Ce qui est certain, c’est que c’est devenu peu à peu un élément de base de l’Israël pré-étatique et le vêtement du travailleur hébreu, en particulier après 1934 avec la création de l’usine textile légendaire ATA par l’industriel tchèque-juif Erich Moller. ATA a produit des vêtements de travail, des sous-vêtements, des uniformes mais aussi le kova tembel.

Pêcheurs dans un kibboutz dans la vallée de Jezreel, 1946. Photo de Zoltan Kluger / National Photo Collection d’Israël

Le nom ATA a été conçu par le romancier S.Y. Agnon, comme étant l’acronyme de l’hébreu “arigei totzeret artzeinu”, qui signifie “tissus produits dans notre pays”, reflétant à la fois les valeurs socialistes et sionistes. En fait, les premiers employés d’ATA vivaient dans des conditions communales, soit sur le terrain de l’usine, soit dans les kibboutzim à proximité. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ATA était le plus grand fournisseur de tentes, uniformes, sous-vêtements et chaussettes pour l’armée britannique au Moyen-Orient.

Suite à la création de l’État d’Israël en 1948, pendant le régime d’austérité du début des années 1950, ATA a été nommé principal fournisseur du secteur civil, les citoyens ayant racheté des chèques délivrés par le gouvernement pour des vêtements. Dans les années soixante et soixante-dix, ATA a tenté à plusieurs reprises de moderniser sa mode, mais son secteur restera longtemps les vêtements de base.

Pendant un demi-siècle, chaque Israélien avait au moins une pièce de vêtements produits par ATA dans son placard. En 1985, à la suite d’un conflit ouvrier ATA a été fermée.

En 2011, le musée Eretz Israel à Tel Aviv a présenté “Factory, Fashion and Dream”, une rétrospective des vêtements fabriqués par ATA.

Les conservateurs Monica Lavi et Eran Litvin ont écrit: «L’histoire de l’usine textile ATA reflète les changements qui ont eu lieu dans la société israélienne des années 1930 à 1980. … Avant même que des changements radicaux aient eu lieu dans la structure économique et politique d’Israël, les événements de l’usine ATA ont compulsé les trois pouvoirs de l’économie israélienne: l’un comprenait les industriels, le second – les syndicats et le troisieme – le gouvernement ».

“En plus de l’histoire socio-économique, l’histoire relève … l’histoire de l’apparition de la société israélienne et de sa division sectorielle; Les travailleurs et les soldats d’Israël portaient des vêtements ATA, tout comme les membres des mouvements de jeunesse, tandis que les Israéliens urbains et bourgeois préféraient des vêtements plus élégants ».

Un maçon à Tel Aviv portant un kova tembel. Photo de Zoltan Kluger / Photo Photo Nationale d’Israël

L’exposition Eretz Israël a inspiré l’homme d’affaires Shahar Segal pour acquérir et relancer la marque ATA. Il a contacté le créateur de mode Yael Shenberger, qui a entrepris la mise en place d’un processus de plusieurs mois pour déconstruire l’esthétique ATA, remettre d’aplomb des pièces originales comme référence et reformuler les principes de conception pour le monde d’aujourd’hui.

Le résultat est une ligne de vêtements qui met en avant les valeurs de l’ATA en matière de vêtements de travail – simple, pratique et durable – comme source d’inspiration. Une deuxième ligne de vetements se compose de répliques de mode ATA – chemises de travail, pantalons, shorts, chemises blanches  et bien sûr, le kova tembel.

Selon la journaliste Ha’aretz, Shira Pur, la chercheuse de mode Yaara Keydar à New York a présenté son idée qui est d’inclure le kova tembel aux conservateurs de l’exposition MoMA. Cinq capsules d’origine proviennent des marchés aux puces. Celles-ci seront présentées avec 110 autres “articles d’habillement et d’accessoires qui ont eu un fort impact sur le monde au 20ème et 21ème siècles ».

Le kova tembel s’intègre parfaitement à ce thème. Comme Lavi et Litvin l’ont écrit pour l’exposition du Musée Eretz Israel, “ATA a mis en avant trois symboles gravés sur la mémoire culturelle israélienne: la fierté d’être un travailleur, la lutte des travailleurs pour conserver leur lieu de travail et les vêtements de travail”.

SOURCE: https://www.israel21c.org/kova-tembel-hats-make-an-unexpected-fashion-comeback/


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre