L’ONU et l’OMS attribuent la note parfaite à Israël

Shares

Pour la première fois, l’OMS attribue la note parfaite de “Type 3” à l’unité médicale d’urgence de Tsahal.
L’Organisation Mondiale de la Santé a distingué la semaine dernière Tsahal pour ses hôpitaux de campagne établis lors des catastrophes naturelles. Cette note place le pays comme leader international dans l’aide humanitaire. Son savoir-faire et ses compétences techniques “spécialisées” pourraient même lui valoir le “Type 3 Plus” .

Le Dr. Ian Norton, responsable exécutif de l’OMS devrait remettre au Lt. colonel Ofer Merin, commandant du corps médical de Tsahal, son titre lors de la cérémonie prévue à Hong Kong.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Une aide humanitaire et des moyens remarquables

Depuis quelques années, Tsahal est applaudie pour sa large implication lors des interventions en zones sinistrées. Lors des tremblements de terre à Haïti (2010), au Népal (2015), aux Philippines, au Japon ou encore des crises humanitaires internes au Rwanda, en Argentine, en Egypte et plus récemment en Syrie… des d’interventions apolitiques saluées par certains chefs d’état-major étrangers.

Pour atteindre la note de Type 3, les exigences de l’OMS ne sont pas minces.

Nous demandons à remplir les fondements d’une équipe médicale d’urgence, c’est à dire avoir une éthique en accord avec l’environnement, traiter tout le monde peu importe sa race, sa couleur ou ses principes et prendre part à l’effort combiné et collectif pour le meilleur des personnes affectées par l’incident” déclare Norton.

Pour s’assurer que l’équipe Tsahal suivent ces principes, elle a été évaluée en situation, sur une durée d’un an et selon plusieurs facteurs. “Nous observons comment les équipes sont formées, mais nous demandons aussi au directeur et au sergent chef de signer au nom de l’organisation la promesse de faire de son mieux pour obtempérer”. Aussi, les médecins israéliens délégués sont évalués avant d’être recrutés. Seul les profils ayant obtenus un score minimal de 97/100 peuvent partir.

Une fois sur place, le travail est conséquent. Charger de prévenir les risques potentiels, assainir les lieux , rechercher les disparus, envoyer des denrées alimentaires, kits médicaux, couvertures et matelas … une liste bien longue prise en charge par les superviseurs spécialisées mandatés.

Au delà des médecins et des médicaments envoyés, c’est aussi la technicité des hôpitaux éphémères, déployés en moins de douze heures et en toute condition qui est loué.

Une classification pointue aux nombreux défis

Crée en 2013, le classement établi par Dr.Norton comprend un panel de critères à valider. Dressée sur une échelle de 1 à 3, elle comptabilise les différents aspects techniques et l’engagement des équipes médicales en situation d’urgence.

Le “Type 1″pourvoit aux premiers secours et offre des consultations externes sans suivi médical. Le “Type 2” approvisionne également les camps de 20 lits et compte entre 7 et 15 opérations par jour. Le “Type 3” fourni deux fois plus de lits et livre des soins intensifs. Les opérations sont en moyenne de 15 à 30 par jour tandis que des cellules spécialisées sont mises en place pour la rééducation et les examens gynécologiques ou obstétriques. En sus, Tsahal prévoit une unité de soins intensifs pour les grands brûlés et effectue des dialyses.

Pour l’OMS, la qualité des soins prodigués et les dispositifs mis en place dépassent le ratio maximal. Les équipes proposent des chirurgies plastiques réparatrices dans 4 salles d’opérations installées contre les 2 attendues par l’OMS.

“Nous n’avons jamais vu ça avant” s’étonne Ian Norton.

Pour le Lt. Merin, la fierté est aussi grande: “Cette reconnaissance n’est pas seulement international. C’est aussi une reconnaissance pour nous, de ce dont nous sommes capables et donne du poids à notre travail”.

Ces initiatives réjouissent également le directeur de l’OMS qui applaudis l’effort militaire et humain israélien qui joue un rôle pédagogique pour les autres équipes investies sur place. L’organisation et les directives données par Tsahal permettent selon Norton “d’apprendre beaucoup et de mieux se déployer dans le futur.”

La Chine combinée à l’aide des pays européens est également porté candidat potentiel au titre de l’OMS. Une aide et une solidarité internationales primordiales pour les victimes qui retrouvent un espoir de vie quand le traumatisme est infini.

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre