Humans of Tel Aviv le projet fou d’un photographe israélien

humans
Shares

Aujourd’hui je rencontre Erez Kaganovitz, fondateur du site Humans of Tel Aviv. Il me faut comprendre l’ampleur d’un phénomène qui réunit plus de 500 000 abonnés à travers le monde.

Photographe professionnel, il décide en 2012 de lever le voile sur la mystérieuse et vibrante bulle de Tel Aviv. Fasciné par le multiculturalisme de ses citoyens natifs mais surtout d’ailleurs, il foule chaque jour le pavé de la ville, en quête de portrait authentique.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

“J’ai la conviction que la connaissance offre le pouvoir de tout changer. En participant à ce projet chacun pourra connaitre le vrai Israël et comprendre qui nous sommes vraiment.”

L’excentrique projet se révèle comme l’opportunité de tout à chacun de découvrir un microcosme entier où les préjugés et l’hostilité n’ont plus leur droit.

Et pour cause, à la suite de nombreux voyages, il perçoit l’urgence de reconstruire un pont social entre les hommes qu’ils soient Juif, Arabe, Musulman, Chrétien, réfugié africain, sans domicile, riche, jeune ou âgé.

L’incroyable richesse de ce pays et des témoignages recueillis ont porté ce projet bien au delà des frontières. Les visiteurs découvrent enfin le vrai visage d’Israël, loin de l’image tronquée où la guerre asservi ses habitants. La vérité, portée par ceux qui la vivent, trouve enfin sa place”.

Face à l’accueil et au succès chaleureux des internautes, il développe sa page Facebook en un  site où le témoignage de Bare, Louise, Sossie, Amit, Lidor et bien d’autres vont plus loin.

Ainsi, chaque rencontre étonne par sa beauté et sa singularité. La ferveur qu’il découvre en ces hommes, se profile à travers un portrait poignant, dans des décors d’une infinie justesse. Face à cette galerie d’artistes, le précieux récit remarquablement mis en lumière par une photo, nous fait réfléchir et retrouver confiance en l’humain.

Il finira même par me confier: “Les femmes me fascinent davantage par leur force et leur courage. Forcé de constater leur combat quotidien pour être reconnue dans notre société, vous vivez sans jamais fléchir, toujours dignes et plus fortes. Bravo”.

Pour conclure notre interview, il m’incite à me lancer dans mon projet Humans of Jerusalem avec pour seul mantra “Be nice or go away”. Le secret de la réussite tient en un mot: tolérance, énième leçon de la journée avec ce fantastique humanus.

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre