Des initiatives israéliennes revitalisent le Néguev et la Galilée

Shares

Le Ministère israélien pour le Développement débloque régulièrement des fonds pour contribuer au développement des régions du Néguev et de la Galilée, nettement moins plébiscitées par les Israéliens par rapport aux grandes villes et aux régions côtières israéliennes.

Ces régions représentent trois quarts du territoire israélien, et ne sont peuplées que par un quart de la population israélienne totale.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

C’est dans ces conditions que plusieurs organismes citoyens se sont donné pour objectif de contribuer à la revalorisation économique et démographique de ces régions. Des initiatives souvent lancées par des étudiants entendent recréer des villages au Néguev et en Galilée ou les revitaliser. Voici deux d’entre-elles.

Or Movement, l’initiative qui entend “ramener la lumière” au Néguev et en Galilée

En 2002, quatre étudiants ont décidé de créer une association, l’organisation Or Movement, “or” signifiant “lumière” en hébreu. Ce “mouvement de lumière” se donne comme mission d’éclairer l’obscurité, en développant des régions dont la grande partie reste inhabitée et délaissée par une grande partie des Israéliens. Depuis lors, l’Or Movement a fondé neuf nouveaux villages au Néguev, et en a revitalisé près de 64 en Galilée. Au total, ce sont 32 000 Israéliens qui se sont installées dans ces villages grâce à la revalorisation de l’association. L’objectif d’Or Movement est qu’en 2048, 40% de la population israélienne réside au Néguev ou en Galilée.

OR-Sansana-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La création de nouveaux pôles de peuplement implique une revalorisation économique de la région, avec l’implantation de 130 nouvelles entreprises dans ces régions entre 2008 et 2010. L’instauration de centres de recherche, de parcs de haute technologie et de réseaux de transports contribuent à redorer ces régions.

L’association Or Movement a depuis mis en place un cours spécifique à l’université IDC Herzliya dans lequel les étudiants doivent élaborer deux business plans pour les entreprises intéressées à l’expansion du Néguev et de la Galilée.

L’initiative ne pourrait s’opérer sans le soutien du Ministère pour le Développement du Néguev et de la Galilée, ni sans celui du Fonds National Juif ou de l’Autorité de Développement du Néguev, qui fournissent aux Israéliens souhaitant s’établir dans ces villages toutes les informations pratiques nécessaires à leur installation.

Fort de son succès, l’association entend désormais se tourner également vers les zones plus urbaines de Galilée ou du Néguev en y développant notamment la vie étudiante. Elle a par ailleurs reçu des demandes d’organismes d’autres pays qui souhaitent bénéficier de leur expérience. Si elle en a l’opportunité, l’association partagera son expertise en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud, pour redévelopper des régions abandonnées.

Noah Initiative, l’association qui revalorise les villes de Galilée et du Néguev, tout en les rendant plus accessibles économiquement

Une autre initiative lancée par des étudiants et des entrepreneurs en 2012. Le nom de cette association est très symbolique. Il rappelle l’épisode biblique de Noé qui a sauvé l’humanité en transportant une par une toutes les espèces animales à un nouvel endroit pour les sauver du déluge. De plus, “noah” signifie “confortable” en hébreu. Les créateurs de cette initiative entendent travailler dur pour rendre la vie plus confortable.

Noah Initiative s’est développée à la suite des protestations sur le logement s’étant déroulées en Israël en 2007. L’association Noah Initiative s’adresse principalement aux jeunes étudiants ou jeunes travailleurs qui souhaitent trouver des commodités accessibles.

NOAH INITIATIVE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’organisation développe dans le Néguev et la Galilée, aux côtés de villes déjà formées, des centres urbains avec des logements à bas coût. Des partenariats sont mis en place avec des villes en Galilée comme celles d’Afula ou de Carmiel, ou dans le Néguev avec les villes d’Ofakim, Arad ou Yerusham. Dans la ville d’Ofakim, un quartier périphérique est sur le point de voir le jour avec la construction de logements plus accessibles, un environnement moderne et jeune, des structures éducatives et un réseau de transports. Ce projet représente le premier fruit de leur action.

Ces deux associations d’étudiants sont le signe de l’émergence d’une nouvelle génération de pionniers israéliens. Il reste encore beaucoup à développer en Israël, notamment en Galilée et au Néguev, et ces jeunes l’ont bien compris.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre