L’UNHCR et L’UNRWA bandent les yeux de Ban Ki-Moon

Shares

A l’occasion de la visite du Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-Moon en Israël et dans les territoires palestiniens, il a été découvert que des employés de l’Office du Haut Commissaire des Nations Unies (UNHCR) pour les Réfugiés auraient dissimulé une carte niant l’existence d’Israël sur les murs d’une école gérée par le programme des Nations Unies pour les Réfugiés palestiniens (UNRWA) dans la bande de Gaza. Cet incident témoigne une fois de plus de la volonté de ces programmes de ne pas dévoiler leur vrai visage.

banki

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Photo représentant la carte en temps normal et celle durant la visite de Ban Ki-Moon (Credits : Ynetnews.com)

Une photo diffusée sur les réseaux sociaux et relayée par le journal israélien Yediot Aharonot, atteste qu’une carte affichée sur le mur de l’école supervisée par les Nations Unies dans la ville de Tel Al-Hawa dans la bande de Gaza, et présentant le territoire israélien complet comme la “Palestine historique”, a été dissimulée sous un drap blanc lors du voyage diplomatique réalisé il y a une semaine par le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-Moon dans les territoires palestiniens.

La peur d’une détérioration des relations diplomatiques entre l’Autorité palestinienne et l’ONU

Le choix d’une dissimulation de cette carte fut décidé à l’initiative d’employés de l’UNHCR dans l’optique de ne pas causer d’incident diplomatique et de détériorer par voie de conséquence les relations des Palestiniens avec l’Organisation des Nations Unies qui s’étaient quelque peu normalisées depuis l’accession de la Palestine au statut d’Etat non membre observateur auprès de l’ONU en septembre 2015.

Ban Ki-Moon avait en effet prévu dans son agenda de visiter certaines installations gérées par des programmes des Nations Unies. L’école de la ville de Tel Al-Hawa est supervisée par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), la seule agence de l’ONU consacrée à un groupe spécifique de réfugiés et dispensant des services en matière de santé, d’éducation, d’aide humanitaire et de services sociaux.

Entre indignation et négation de l’incident du côté palestinien et onusien

Si cet incident aurait pu être mis sous silence, il aurait néanmoins prêté à divers réactions, entre indignation de la dissimulation de la carte par certains Palestiniens et négation de l’incident par les porte-paroles de l’UNRWA.

Un caricaturiste palestinien populaire, Naji Al-Ali, créateur du personnage d’Handala, s’est indigné dans une de ses caricatures de la dissimulation de la carte. D’après lui, ceux qui ont pour intention de cacher la prédominance de l’Etat palestinien sur l’Etat d’Israël peuvent selon ses mots “aller boire l’eau de la mer de Gaza”.

banki2

Caricature de Naji Al-Ali montrant son indignation devant la dissimulation de la carte

D’autres Palestiniens ont également reposté sur les réseaux sociaux l’image de la carte non couverte par le drap blanc afin de protester contre cette dissimulation.

Par ailleurs, du côté de l’UNRWA, le parti-pris est plutôt de nier cet incident, le porte-parole Adnan Abu Hasna prétendant que cette dissimulation de la carte n’a jamais eu lieu à l’occasion de la conférence de presse tenue par Ban Ki-Moon à Gaza.

Ces réactions contradictoires ne font que renforcer l’ambiguïté des positions de certains Palestiniens, ainsi que de certaines agences des Nations Unies en charge des réfugiés palestiniens quant à la reconnaissance de l’Etat d’Israël.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre