La danse c’est l’essence même d’Israël

Shares
La danse c’est l’essence même d’Israël depuis les temps lointains des patriarches. Les temps bibliques étaient autant historiques que chorégraphiques. À cette époque les grands moments du calendrier étaient chantés et dansés. C’est un enseignement crucial et fondamental de la Bible, rappelle Dany Karavan, artiste-plasticien et sculpteur.

Dans les années 20 c’est la renaissance pour cette tradition de danse. Elle prend de la stature en s’enrichissant de toutes les cultures. D’abord influencée par les immigrants allemands, la danse israélienne se métamorphose dans les années soixante grâce à Martha Graham, la chorégraphe américaine, icône de la Modern Dance, qui créa avec la complicité de la mécène Batsheva de Rothschild, The Batsheva Dance Company.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

 
Impulsé depuis 1990 par son  chorégraphe directeur, le mondialement célèbre Ohad Naharin, le Centre Suzanne Dellal, à Tel Aviv.  est un lieu emblématique qui accueille les stars du monde de la danse tels que Anna Sokolow, Gary Bertini et Lisi Estaràs.
Le Centre Suzanne Dellal à Tel  Aviv a été consacré par le prix Israel en 2010 pour sa contribution artistique. Il reçoit plus 500.000 visiteurs venus du monde entier pour respirer le souffle de la compagnie. Il abrite également en son sein  la compagnie de danse Inbal Pinto où évoluent  des danseurs et des danseuses du monde entier.
Aujourd’hui la danse israélienne est bien ancrée dans son temps. 
Ainsi la Vertigo Company de Noa Wertheim, basée à  Jerusalem, met en scène les postures pour exprimer le rapport des corps à  la nature. Dernière particularité, Kamea, la Compagnie de Tamar Gintz installée à Beersheva, à l’entrée du Negev pour offrir aux habitants du sud toute son étourdissante et enivrante créativité chorégraphique. 
Désormais la danse israélienne fait de chaque moment un mouvement et de chaque grand problème un thème décliné et dessiné par le corps.
Lionel Szapiro et Nicole Riahi
 
 

Je suis Tamir Gintz, le directeur artistique de Kamea  Dance Company basée à Beersheva, au Sud d’Israel.
Je suis né dans le Nord d’Israel dans un petit bourg appelé Kyriat Motzkin près de Haïfa. J’ai commencé à danser à  13 ans et j’ai continué à danser avec de grands professeurs en Israel et dans le monde et finalement je devins le chorégraphe en titre de la Bat Dor  Company à Tel Aviv. En 2002 j’ai créé une nouvelle compagnie de danse dans la périphérie à Beersheva , la capitale du Sud  d’Israel à l’entrée du Negev.
C’était une idée hardie  car il n’y a peu de groupes artistiques  installé en dehors de Tel Aviv et c’était très courageux quand j’y pense. C’était absolument  fou. Aujourd’hui, Ia compagnie est bien établie et on se réfère à elle en Israel en tant que leader de la danse contemporaine. Je suis fier de ce que j’ai accompli avec tous ceux qui m’ont aidé à continuer . Kamea est une compagnie unique parce qu’elle travaille et elle vit dans cet environnement et reste en contact avec Ies habitants. Ce n’est pas une compagnie qui travaille ici et repart vivre ailleurs ou à Tel Aviv.
Nous vivons  vraiment à Beersheva comme une grande famille et je pense que ce qui la distingue est que nous essayons de nous imposer comme une  nouvelle voix basée sur la connaissance solide de notre art. Nous n’opposons pas la danse classique à la danse moderne car notre danse emprunte à la technique du ballet, mais d’autre part nous nous exprimons à travers le mouvement des corps et chaque danseur apporte sa propre personnalité et expression et je pense c’est ce qui donne un caractère très fort à cette compagnie.
Vivre ici en Israel à Beersheva, créer de l’art , créer quelque chose de très beau pour enrichir l’âme de tout un chacun, c’est  mon destin dans ce monde et je me sens l’ambassadeur de ce pays chaque fois que nous  partons à l’étranger. Israel a beaucoup plus offrir que ce que les medias propagent. Israel est un endroit merveilleux, avec des gens magnifiques qui ne recherchent pas uniquement la paix mais aussi ils sont artistiques, très créatifs et aimants. J’espère que vous viendrez voir Kamea  Dance Company et partager le bonheur avec cette famille heureuse.
 
 

Je suis Noa Wertheim, chorégraphe de la Vertigo Dance Company. Je suis Adi, le partenaire de Noa dans Vertigo et dans la vie. Nous avons créé Vertigo il y a 24 ans. Nous sommes danseurs et créateurs. Nous avons trois enfants et deux centres, un à Jerusalem et un  dans  un village d’écologie et art entre Jerusalem et Tel Aviv.
Ce que nous essayons de faire c’est créer un changement par l’art et l’environnement. Nous travaillons avec des personnes handicapées, avec des danseurs professionnels. Nous essayons d’apporter de l’amour et des changements à travers notre expérience. En fait,  nous utilisons le corps comme un matériau et nous essayons de connecter l’esprit au corps car  Dieu nous a créé d’une façon conflictuelle et nous devons nous débrouiller avec ça.
Nous essayons de comprendre comment fonctionne le corps et ensuite nous essayons de trouver comment il se connecte à l’univers  et aux éléments : à l’air, à la chair, aux os, à la circulation sanguine et à la gravité. Nous rencontrons des gens du monde entier qui nous demandent toujours: qu’est  ce que Ia danse israélienne ?
Pour nous juste d’être les représentants de ce pays et d’inviter des gens en Israel pour danser et montrer l’art israélien à travers le monde, c’est  pour moi être israélien. Aujourd’hui ce n’est pas un pays facile. On a plein de défis mais quand même les gens s’expriment et plus spécialement à travers l’art, la danse, la musique, la peinture .
Nous avons des étudiants du Japon, d’Amérique, d’Europe qui viennent ici et ne veulent plus en repartir . Ils nous disent c’est tellement vivant ici, plein d’énergie. Ils entendent des nouvelles terribles et quand ils viennent ici ils tombent amoureux de ce pays.
Bien que ce n’est pas facile de vivre ici mais c’est  magnifique. Nous aimerions avoir des partenaires des pays arabes en danse et en écologie et créer de l’art ensemble parce que je pense que l’art peut être un pont entre Israel et ses voisins et nous serons heureux si cela s’accomplissait. Pour moi Israel c’est mon foyer et je ne peux imaginer vivre ailleurs
 
 

Je suis Absalon Pollack, chorégraphe et directeur artistique de Inbal Pinto & Absalon Pollack Danse Company. La Company existe depuis plus de 20 ans et nous nous sommes produits dans le monde entier. Bien sûr nous sommes allés en France plusieurs fois . Qu’est ce qu’être israélien, qu’est ce qu’Israel ? Israel c’était la terre promise. Avant d’atteindre la terre promise, il a fallu passer par le désert pendant 40 ans. Une vie pleine de promesses, avec des gens aux multiples talents, qui habitent ici. Etre israélien est de traiter avec les réussites , les défis, les luttes, les difficultés, enfin tout ce qui est exacerbé ici et qui est également source d’inspiration et de création. C’est ce que nous essayons de faire et de refaire encore et encore.
Je m’appelle Inbal Pinto. Je dirige cette Company avec Absalon ici à Tel Aviv au Centre Suzanne Delal . C’est ici que nous répétons et que nous nous produisons et aussi partout dans le monde. Cette Company reçoit des personnes de toutes cultures et de toutes nationalités.
Nous avons des danseurs  français , australiens, allemands. Ils viennent s’entraîner ici déjà depuis de longues années. C’est un lieu pour tous ceux qui partagent les mêmes valeurs. Quand nous avons commencé la chorégraphie avec les danseurs israéliens, nous avons eu des demandes de danseurs venus d’ailleurs. La langue n’a jamais été un problème car nous nous exprimons par le corps. En plus de ça nous avons créé, avec Absalon, des opéras, nous avons dirige des comédies musicales et tout ceci nous l’avons fait également dans d’autres pays. Il n’y a pas de limite à notre expression en Israël et ailleurs.
 
Article fait en collaboration avec IsraelAndYoo 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre