Daech s’est-il emparé d’une cargaison d’armes du Hamas ?

Shares

Des armes laissées intactes après une frappe égyptienne sur un convoi d’armes à destination de Gaza pourraient avoir atteint la filiale de Daech dans le Sinaï et avoir été utilisées lors d’une opération massive contre les forces égyptiennes.

Nous vous proposons la traduction française de l’article de Yoav Zitun publié sur Ynet, le 8 décembre 2015, sous le titre « ISIS may have seized weapons from interdicted shipment to Hamas »

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Ynet a appris que le Hamas pense qu’une cargaison d’armes à destination de Gaza, ayant été interceptée par l’Egypte a pu tomber entre les mains de Daech. Une récente opération égyptienne de grande échelle pour contrecarrer la contrebande d’armes dans la bande de Gaza peut avoir eue une conséquence involontaire.

Quelques jours après l’opération contre un convoi d’armes à destination de Gaza, des membres de Ansar Beit al Maqdis dans le Sinaï, un groupe ayant fait allégeance à Daech, il y a près d’un an, ont monté une attaque de grande envergure contre les forces de sécurité égyptiennes dans la péninsule en utilisant des armes similaires à celles de la cargaison.

La direction du Hamas estime que Daech s’est saisi des armes restées intactes après la frappe égyptienne sur le convoi d’armes, tout en ayant dit au Hamas que les armes avaient été détruites.
La branche de l’organisation terroriste radicale dans le Sinaï est de toute évidence devenue indépendante du Hamas, en dépit des liens logistiques de base qui avaient été formés entre les organisations.

Ces liens incluaient le transfert de combattants de Daech blessés dans les combats avec les forces égyptiennes, à l’hôpital Shifa de Gaza pour y être soignés et le transfert de centaines de milliers de dollars du Hamas à Daech dans le Sinaï en échange de la contrebande de matières premières utilisées dans la fabrication d’armes à l’intérieur de la Bande de Gaza. Afin de faciliter le flux de cargaisons d’armes, la filiale de Daech qui a pris le contrôle des tunnels de contrebande vers Gaza, côté Sinaï, exige une « taxe » sous la forme d’un petit nombre de ces armes.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre