Gérer l’urgence : l’expérience israélienne…

Hopital Rambam Israel solidaire avec Paris
Shares

La douleur des terribles attentats qui ont frappé la France le vendredi 13 Novembre 2015, est innommable. Des centaines de personnes sont mortes, d’autres sont grièvement blessées, plusieurs familles sont dévastées. Mais ils ne sont pas seuls, toute la communauté internationale partage leur douleur. Si ce genre d’événements est exceptionnel à certains endroits du monde comme les attentats à Copenhague, Madrid, Bruxelles ou encore aux Etats-Unis ; en Israël, malheureusement, la fréquence de ces attaques terroristes a amené tout le personnel médical à développer une importante expérience pour réagir efficacement et rapidement dans ces situations d’urgence.

Selon un communiqué officiel, face aux attaques criminelles et barbares qui ont  frappé la France et ont choqué tout le monde civilisé, le centre médical Rambam a offert son aide et son expérience à la France.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

A Haïfa, en Israel, le Centre médical Rambam est en charge du traitement des cas de traumatismes d’urgence et possède une vaste expérience dans le domaine.

Le Dr. Pin’has Halpern, chef des services d’urgence du centre médical Sourosky de Tel-Aviv, expert dans le domaine des soins de traumatologie affirme : « Nous pouvons apporter notre aide (…) Nous pensons en dehors des catégories, sans dogmatisme, nous ressentons une responsabilité très forte sur le plan moral d’appliquer les techniques que nous avons apprises. J’ai choisi de vivre en Israël face à beaucoup d’adversité, et je pense qu’il nous appartient en tant que Juifs et Israéliens d’apporter notre aide à quiconque en a besoin. »

Rambam  offre également des formations pour gérer les catastrophes comme l’explique le directeur du centre, Rafi Biar « chaque année nous recevons de nombreux étudiants venus du monde entier, de différents centres médicaux afin de participer à des formations en traumatologie données par l’International School of Rambam. »

Une conférence annuelle est organisée depuis dix ans par le centre médical Rambam sur la formation à des situations de catastrophes, pour des médecins du monde entier.

A Katmandou, le Docteur Buland Thopa, chef d’un nouveau service de traumatologie de 200 lits, qui s’est rendu à la conférence en 2012 témoigne « une grande partie de ce que nous avons appris ici nous aidera dans notre centre. »

Suite aux attentats du 11 septembre à New York le Docteur Alasdair Conn, chef du département de médecine d’urgence à l’hôpital du Massachusetts General, a mis en place une collaboration avec les services médicaux israéliens. Ce qui a permis le 15 avril 2013, aux médecins et urgentistes américains de gérer la situation et prendre en charge toutes les victimes à la suite du double attentat terroriste du marathon de Boston.

Le Dr Halpern explique « seule une petite partie du traitement de tels événements est médicale, une grande partie relève de la logistique. »

Les médecins du centre médical Rambam ont développé un système de triage particulier des blessés en laissant de côté les systèmes protocolaires des manuels. Ils ont procédé à des scanners (scannographies CT) supplémentaires afin de détecter de petites pièces d’éclats d’obus, destinées à causer le maximum de dégâts.

Le Dr. Paul Biddinger du Massachussetts General remarque : « Nous avons amélioré nos plans de triage, de sécurité des sites, de réexamen et de coordination entre les spécialités après consultation avec les Israéliens. » De son côté, le Dr. Conn « dès que nous avons été informés des explosions, nous n’avons laissé aucun anesthésiste, chirurgien général, traumatologue, ou pédiatre quitter l’hôpital. (…) Nous avons appris ce principe des Israéliens. »

Un autre centre médical est prêt à offrir son aide et son soutien aux français, le centre « Israel Trauma Coalition ». 

 Talia Levanon, a trained clinical social worker, « Malheureusement, avec tout ce qui se passe en Israel, nos équipes ont acquis beaucoup d’expériences face à ce genre d’événements tragiques. Notre but est de partager cette expérience là où cela est nécessaire. »

Depuis ces 11 dernières années, l’ITC a envoyé des délégations lors de la Seconde Guerre du Liban, le Tsunami en Asie du Sud-Est, le 11 septembre à New York ou encore lors des tremblements de Terre en Haïti et au Japon. Egalement en France à Toulouse en 2012 ou plus récemment à Paris en Janvier 2015.

Ce centre offre des formations pour être entraîné en cas de catastrophe ou situation d’urgence dans plusieurs domaines : préparation aux catastrophes pour les autorités locales, formation dans le domaine des soins cliniques, préparation aux catastrophes dans le système de l’éducation.

L’ITC met également en place des groupes pour fournir les outils aux parents pour faire face aux réactions des enfants. 

Ces centres israéliens, ont malheureusement beaucoup d’expérience dans ce domaine et ont développé des systèmes pour faire face aux différentes « phases » par lesquels passent les victimes d’un attentat terroriste.

Récemment, en avril 2015, le Kenya a fait face à un terrible attentat tuant 147 étudiants Chrétiens et faisant 79 blessés. Le directeur d’IsrAID, Sachar Zahavi expliquait « l’objectif d’IsrAID est de fournir des traitements et des formations pour gérer les situations post-traumatiques d’aider les victimes et les familles à faire à leur souffrance. » Il continue, le but à long terme est de permettre au Kenya d’avoir sa propre équipe pour faire face à ce genre de crise, si malheureusement cela se renouvelait dans le futur. »

 « Celui qui sauve une vie… sauve le monde entier. »

Le directeur général du Magen David Adom, Eli Bin, « Nous tendons la main à nos amis français en ces temps difficiles et on offre tout l’aide dont on dispose. Faisant parti de l’Organisation international Croix Rouge nous sommes constamment en contact avec la Croix Rouge Française et nous présentons nos plus sincères condoléances face à ces tragiques événements qui ont eu lieu récemment à Paris. »

L’assistance psychologique post attaque.

Suite aux attentats terroristes, en Israël, de nombreuses associations existent pour soutenir les victimes mais aussi leurs proches dont l’association Israélo-palestinienne « The Parents Circle » 

L’urgentiste français Patrick Pelloux affirmait le 15 Novembre dernier sur RMC : « Quand on voit des pays qui vivent avec le terrorisme larvé, les Etats-Unis ou Israël. Ces pays ont changé leur façon d’être. A New York, il y a des numéros d’urgence partout dans le métro. Il faut avoir les mêmes pratiques en France. Nous avons trop laissé faire. Il faut changer beaucoup d’habitudes. Nous avons une certaine lassitude de la sécurité mais il va falloir faire passer ça. » 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre