Etiquetage européen, traitement particulier pour Israël

Shares

Plus de 200 conflits territoriaux dans le monde, un seul Etat « sanctionné », une fois n’est pas coutume il s’agit d’Israël. La Commission européenne, à Bruxelles, a adopté cette année la décision d’étiqueter les produits issus des territoires disputés en Israël. 

Déjà, depuis 10 ans, les produits issus des territoires disputés ne peuvent plus profiter de l’accord de libre-échange entre l’UE et Israël qui permettait d’exonérer les produits Israéliens de toutes taxes.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Pourquoi ne pas en faire autant pour les produits issus des autres territoires disputés dans le monde ? Comme par exemple :

– Le territoire du Cachemire : l’Inde et le Pakistan, anciennes colonies britanniques, se disputent cette région depuis 1947 jusqu’à nos jours ! Aucun de ces Etats n’accepte de laisser la région du Cachemire devenir indépendante. Cette région est très riche en ressources naturelles ! Ce conflit a été qualifié de « l’un des plus dangereux dans le monde » …

région du Cachemire conflit territoire

– Le Tibet : Etat indépendant jusqu’à ce qu’il soit annexé par les chinois en 1968. Le dirigeant, le grand sage, le Dalai Lama a été contraint de s’exiler et la population tibétaine voit sa culture tenter d’être annihilée. A savoir, que le Tibet est une des plus grandes réserves minérales (chrome, plomb, zinc, charbon, or et uranium… pour les armes nucléaires…).  

– La Chine : A la fin de la seconde guerre mondiale, les forces communistes et nationalistes chinoises s’affrontèrent à nouveau. La République Populaire de Chine et la République de Chine revendiquent toutes les deux le même territoire. Aujourd’hui la Chine populaire à Pékin et la République de Chine forcé de s’exiler à Taipei, sur l’île de Taiwan, s’opposent et ne reconnaissent pas l’existence l’une de l’autre. Les deux revendiquent d’être le représentant légitime du peuple chinois. Et si seulement ce n’était que la Chine continentale qui était disputée… même le partage de la Mer de Chine et ses îles sont disputées par : la Chine Populaire Taiwan, le Vietnam, les Etats-Unis qui cherchent à sauvegarder leurs intérêts économiques et commerciaux.

conflit Chine - Taiwan

– Le Sahara : en 1975 depuis la fin de la colonie espagnole dans l’ouest du Sahara, le Maroc a envahi la région, et s’en est emparé unilatéralement malgré une tentative de résistance du mouvement indépendantiste « Polisario Front » (soutenue par l’Algérie). En 1976, la Cour internationale de Justice déclare que le Maroc n’a pas de légitimité  sur ce territoire. Depuis 2007, aucun compromis n’a abouti entre le Maroc et le « Polisario Front. » Aujourd’hui, des centaines de milliers de sahraouis se trouvent désormais dans des colonies marocaines. Le Conseil de sécurité des Nations-Unis, exhorte les deux parties à trouver rapidement à un compromis permettant à la population du Sahara occidental à s’autodéterminer. Evidemment, le Sahara occidental est une région riche en phosphate et ses zones maritimes contiennent des gisements de pétrole…

Sahara occidental conflit territoire

– Le nord de Chypre, envahit par l’armée Turque en 1974 avec l’expulsion de milliers de Grecs pour installer la république Turque de Chypre du nord, laissant Chypre du sud gouverné par les chypriotes. En 2004, Chypre devient membre de l’UE et donc la Turquie annexe une partie d’un territoire européen souverain…

– La Crimée, péninsule ukrainienne sur la côte Nord de la Mer Noire, a été annexée, en 1783, par la Russie. Puis, elle a été à nouveau transférée à l’Ukraine en 1954. En 2014, elle est à nouveau envahit par la Russie qui a pris le contrôle militaire de la péninsule et a organisé unilatéralement un référendum à travers lequel la population locale a manifesté son soutien à la Russie. Aujourd’hui, ni l’annexion, ni le référendum ne sont reconnu par la communauté internationale. Cette péninsule offre un point d’accès stratégique à la Mer Noire et permet un libre accès à la base navale de Sébastopol qui a longtemps abrité  la flotte russe pendant la période soviétique. Le long de la frontière entre l’Ukraine et la Russie, deux autres régions Lougansk et Donetsk, font l’objet de conflit de territoire, des indépendantistes cherchent à prendre le contrôle de ces territoires. 

conflit Ukraine Crimée

– Il y a des conflits dans le monde jusque dans les régions polaires :  les grandes démocraties, censées ne plus être colonialistes : le Canada, les Etats-Unis, la Norvège, la Danemark ainsi que la Russie se disputent l’Arctique où les ressources naturelles foisonnent notamment le pétrole, gaz ou les minéraux…

Arctique conflit territoire

Donc, aujourd’hui les conflits territoriaux foisonnent à travers le monde. Le commerce avec ces territoires disputés est immense, mais avez-vous déjà trouvé, par exemple, sur vos étiquettes de jeans la mention “fabriqué sur le territoire disputé de la Chine ” pour nous “protéger” nous consommateurs ? 

De plus, l’Europe commerce tranquillement avec l’Arabie Saoudite ou récemment avec l’Iran, ces pays qui respectent le plus les droits de l’homme en distribuant 1000 coups de fouet à des caricaturistes ou en mariant des petites filles de neuf ans… Mais avez-vous déjà vu des pancartes au-dessus des pompes à essences pour nous « protéger » nous consommateurs et être cohérent avec les principes démocratiques ? 

C’est une chose de prétendre avoir un partie pris politique dans un conflit c’est une chose de prétendre n’avoir rien contre l’Etat d’Israël mais seulement contre les « colonies » mais cela devient difficilement défendable lorsqu’on présente une politique à deux poids deux mesures. En effet, pourquoi ne pas adopter les mêmes sanctions vis-à-vis des autres « colonies » dans le monde ? Pourquoi un traitement particulier pour Israël ? 

Aujourd’hui, l’Europe donne des leçons au seul pays démocratique du Moyen-Orient.

En 2013, l’UE décidait aussi de ne plus financer les institutions (laboratoires, entreprises, universités) israéliennes qui se trouvent dans les territoires disputés.

Un des arguments présenté par un diplomate européen à Jérusalem, pour justifier l’étiquetage : « on ne pouvait se contenter éternellement d’afficher de beaux principes, tout en continuant à financer et à récompenser des structures israéliennes qui ont des activités des deux côtés de la ligne verte…» Qui a de beaux principes ? Les Européen, grands colonisateurs jusqu’au 20ème qui exploitent toujours en majeur partie les ressources naturelles des pays les plus pauvres, ou Israël qui, dans ces dits territoires disputés développe des laboratoires, des universités, des entreprises qui font vivre plus de 26 000 palestiniens avec un salaire digne, sûr, et une couverture médicale ?

Israël n’a pas besoin de traitement de faveur, c’est très aimable à l’Europe mais il brille très bien tout seul.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre