Marseille : les conséquences de l’incitation à la haine palestinienne ?

Shares

Le philosophe Bernard-Henri Levy dans son édito du Point daté du 20 octobre 2015 intitulé ” Ce qu’il ne faudrait plus entendre sur l”’Intifada des couteaux”  exprimait son sentiment sur les attaques au couteau:

“Insupportable et, surtout, irrecevable, le couplet connexe sur la « désespérance politique et sociale » expliquant, ou excusant, ces actes criminels quand tout ce que l’on sait des nouveaux terroristes, de leurs mobiles et, souvent, de la fierté des proches transmuant, après leur mort, le crime en martyre et l’infamie en sacrifice est beaucoup plus proche, hélas, du portrait-robot du djihadiste parti se sacrifier, hier au Cachemire, aujourd’hui en Syrie ou en Irak. “

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Samedi 24 octobre dernier, très tôt le matin, un rabbin, son fils et un fidèle sur la Canebière à Marseille ont été agressé par un homme de 33 ans.

Après avoir proféré des insultes antisémites, Il a frappé à coup de poing le Rabbin et son fils. Le fidèle en tentant de s’interposer a été poignardé deux fois à l’abdomen,  blessé, son pronostic vital n’est pas engagé.

Un scénario identique, passé inaperçu, s’est déroulé le 20 octobre dernier, à Corbeil-Essonnes, un homme, qui sortait de l’unité psychiatrique d’un centre hospitalier armé de deux couteaux, s’est jeté sur une policière pour la tuer, après avoir blessé des membres du personnel soignant de l’hôpital. Pour se défendre, la policière a abattu son agresseur.

BHL le dit ” Plus qu’étrange, troublante, la différence de ton entre ces réactions et l’émotion mondiale, la solidarité internationale sans faille ni nuance, suscitées, le 22 mai 2013, par la mort d’un militaire, en pleine rue, à Londres, assassiné à l’arme blanche et selon un scénario pas très différent de celui qui a cours, aujourd’hui, à Jérusalem et Tel-Aviv.” ….et maintenant Marseille.

Quand à Paris, Place de la République, le 17 octobre dernier, les militants du BDS demandent “des armes pour Hamas, des armes pour djihad !! “.  Ces messages en plein cœur de Paris reprennent la propagande. Une journaliste d’Itélé, en déclarant “je suis sioniste et je t’em…”, a été prise à parti et bousculé par les manifestants.

 

La similitude entre ces agressions antisémite ou non et ce qui se passe en Israël est très troublante et ne peut être mise de côté même si la presse française qualifie  l’agresseur de Marseille “de déséquilibré, ivre, connu des forces de Police”. Quand on sait que la plupart des personnes qui sont passées à l’acte en France sont d’anciens petits délinquants, il est tout à fait légitime de se poser la question.

La guerre des couteaux pourrait-elle s’importer  en France ?

On peut se demander si cet acte, n’est pas une conséquence directement des incessantes  incitations à la haine et les appels aux meurtres de Juifs qui émanent des réseaux sociaux. La propagande sur les réseaux encourage et fait l’apologie des attaques au couteau contre les Juifs.

 Le philosophe Raphaël Enthoven, dans sa chronique matinale d’Europe 1 du 13 octobre 2015, analyse cette résurgence du « couteau » dans l’actualité comme « l’arme idéale d’un ennemi invisible » et non maîtrisable. « Le couteau, c’est l’arme de l’intifada 2.0″, l’arme d’une « individualisation de la révolte, alimentée par les réseaux sociaux ».

La photo ci-dessous a été twittée par un supporter de l’EI sous le hashtag « Massacrez les juifs ». Le texte au-dessus de la photo explique : « Regardez ce jeune garçon brandissant un couteau en position d’attaquant, comme s’il disait aux adultes : faites comme moi, prenez un couteau chez vous ou ailleurs. » (source MEMRI)

memri

Sur un compte intitulé « Poignarde » figurait la photo ci-dessous, avec la légende : « Apprenez à vos enfants à aimer la Palestine et à prendre des couteaux, ô habitants de Palestine. La prochaine génération sera celle des couteaux et du massacre » (source MEMRI)

MEMRI 2

 

Le philosophe Raphael Enthoven dans sa chronique  “la morale de l’info” du 26 octobre sur Europe 1 nous fait réfléchir sur cette coïncidence et “l’importation du conflit israélo-palestinien”  en France “Ce n’est pas parce qu’on est fou, qu’on n’est pas antisémite“.



Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre