Arte met à l’honneur la cuisine israélienne

Shares

 Du 19 au 23 Octobre 2015, la chaîne Arte fait découvrir aux spectateurs ” les goûts et saveurs d’Israël.” Cela consiste en 5 documentaires de 27 minutes chacun présentant les spécialités gastronomiques des différentes régions d’Israël. A travers ces mini-reportages, on peut aussi découvrir les paysages d’Israël du Sud jusqu’au Nord en passant par la capitale israélienne d’où débute d’ailleurs ce quintet de documentaires.

“A croire que la nourriture est le sésame de la paix.” Tom Franz

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Le présentateur en Israël est Tom Franz, le célèbre gagnant de Master Chef en Israël en 2013  Ce jeune avocat allemand chrétien d’origine qui a tout quitté et décidé de venir s’installer en Israël, charmé par la beauté des lieux et des israéliens.

A Jérusalem, Tom nous fait voyager dans les rues de la vieille ville, tous quartiers confondus. De l’épicier arabe avec une sélection d’épices sans pareil, les meilleurs épices de la région, au boulanger juif avec des pains cuits dans des fours artisanaux. La diversité culturelle qui règne dans cette ville se reflète dans les plats.

arte  jérusalem

Tom Franz rencontre un groupe de chefs cuisiniers de toutes religions qui ont pris l’habitude de se retrouver pour cuisinier ensemble apportant chacun leur touche personnel. Vous trouvez dans ce documentaire le père bénédiction Nicodème, de l’abbaye de la Dormition qui vous invite à un repas dans l’abbaye avec des explications sur le sens de ce repas puis le chef du restaurant Azura, Shabi réputé pour sa soupe casher judéo-irakienne chez eux la cuisine, c’est de père en fils.

tom franz jérusalem

Puis le voyage à Jérusalem se termine après une escapade au Marché Mahane Yehuda, dans le restaurant Machneyuda, d’un chef laïc, Assaf Granit qui affirme que “la gastronomie est un moyen de déplacer les frontières. La nourriture est un miroir et une fenêtre pour comprendre beaucoup de choses. La cuisine est une formidable ambassadrice.” Parait-il aussi qu’il sert une des meilleurs « soft polenta. »

Le deuxième documentaire nous fait voyager du Néguev aux collines de Judée. Petit détour dans le Sud d’Israël, près de l’oasis du kibboutz Samar avec ses célèbres plantations de dattes. Mais pour ceux qui préfèrent le salée, Tom nous emmène dans les collines de Judée pour une dégustation des succulents fromages de chèvre de Shai Seltzer. Ces fromages sont macérés dans de l’huile d’olive pendant plusieurs années, la route est grimpante mais ça semble valoir le détour !

shai seltzer arte judée samarie

Comme il y en a pour tous les goûts mais aussi pour tous les philosophies, les végétaliens c’est pour vous ! Yftach Bereket, le boulanger des collines de Judée, est l’un des meilleurs pour sublimer la cuisine végétalienne. A quelques kilomètres de là, le plus vieux restaurant gastronomique d’Israël. Le chef offre une cuisine sophistiquée avec des produits locaux et des repas de saisons. Au menu du jour poisson mariné au pesto avec oignons caramélisés…

boulanger israel arte

Le documentaire suivant nous fait voyager de Judée en Galilée dans le Nord d’Israël. Petit détour dans un marché bio du village arabe israélien d’Abou Gosh suivi d’une dégustation de vin casher chez un viticulteur en Judée-Samarie qui a fait un choix singulier et honorable, celui de travailler avec des handicapés mentaux. La culture du vin en Israël est très ancienne mais elle a repris de l’ampleur depuis ces trente dernières années et elle vaut le détour. Les amateurs de bons vins ne seront pas déçus !

arte abou gosh israel

Un peu plus au Nord en Galilée dans la vielle ville d’Akko, ancien Saint-Jean-d’Acre, Tom part à la rencontre d’un cuisinier qui manie l’art de cuisinier le poisson, Uri Buri. Encore plus au Nord, en Haute Galilée, le pionnier de la « nouvelle cuisine » en Israël, Erez Komarvosky a mélangé les goûts et saveurs de tous les horizons : France, Japon ou encore Californie. Et pour notre plus grand plaisir, durant ce reportage, nous pouvons découvrir le secret de la fameuse pita.

Aujourd’hui, le 23 octobre 2015, le voyage se termine à Tel Aviv, la ville qui ne dort jamais recèle forcément de délicieux restaurants comme celui d’Eyal Shani, le Ha Salon. Et pour être fidèle à son image de ville festive, on déguste un délicieux repas mais on assiste aussi à une superbe performance. Pour ceux qui ont le palais très fin, Tom marque une pause dans le restaurant de Meir Adoni, dans un immeuble à l’architecture typiquement Bauhaus. Enfin, ce savoureux voyage s’achève dans un restaurant casher du quartier de Bnei Brak, banlieue de Tel Aviv, ou Hillel cuisine des délicieux repas pour le shabbat, jour de repos pour les juifs.

meir adoni israel

La diversité de la population israélienne se reflète dans la richesse de sa cuisine, malgré l’étroitesse du territoire il y en a pour tous les goûts. Après tout, le houmous avec une bonne pita cuite dans un four au feu de bois, réunit tout le monde ! Allez vite, le dernier documentaire ce soir à 17:45 sur Arte. 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre