Maman, j’ai peur ! je ne veux pas aller à l’école

Shares

Malgré les récents événements qui ont frappé la capitale israélienne, les parents, enfants et enseignants doivent continuer leur quotidien et vivre avec la peur d’une nouvelle attaque.

L’école Teddy Pisgat Zeev, où étudiait le jeune juif israélien de 13 ans qui a été grièvement blessé suite à une attaque au couteau lundi dernier alors qu’il faisait tranquillement du vélo, essaye de ramener le calme auprès des parents et enfants de l’école. 

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Ce mercredi matin, les parents emmènent leurs enfants à l’école, ces derniers sont apeurés et ne cessent de poser des questions sur ce qu’il s’est passé. Ils ne veulent plus aller à l’école tout seul. Ils ont peur de sortir de chez eux. De nombreux parents confient être sortie avec des gaz lacrymogènes sur eux pour accompagner les enfants à l’école, d’autres avouent avoir songé à « laisser les enfants à la maison le temps que l’orage passe. »

« Mon fils n’a pas arrêté de me parler de ce qu’est la mort et de l’agression de son camarade de classe. Il n’a pas réussi à dormir » dévoile une maman d’un élève en 4ème année de collège.

Eden Illouz, un élève de 14 ans en 3ème année de collège, raconte son quotidien depuis les attentats : « Hier, Je ne suis pas allé à l’école parce que j’étais terrifié. Tous mes amis ont peur de sortir de chez eux, même pour aller jouer au parc ou au centre de loisir. Ma mère était encore plus angoissée que moi. Ce matin elle n’a pas voulu m’accompagner à l’école, mais moi je ne voulais pas rater les cours. Depuis les événements, mes amis et moi nous déplaçons avec une gaz lacrymogène pour nous défendre si besoin. »

gaz lacrymogène

Ilan Azoulay, un père de deux enfants de 13 ans rajoute : « Avant d’aller au travail le matin j’emmène mes enfants à l’école en voiture. Alors qu’avant les attentats, ils prenaient le bus puis ils finissaient à pied. Pour l’instant, je ne les laisse plus aller seul à l’école. Et les enfants n’arrêtent pas de demander ce qu’ils se passent. Ils ne comprennent pas très bien mais ils ressentent la tension et la peur. »

Ce matin, à Jérusalem, un renforcement des agents de sécurité à l’entrée des écoles maternelles a été mis en place. « Nous devons rester en alerte et assurer une sécurité permanente. » confie Eli Rosenfeld, parent d’élèves.

Il est difficile de comprendre comment la vie se passe dans ces quartiers juifs  juxtaposées aux quartiers arabes : « Il y a une population arabe qui habite ici et qui accompagne leurs enfants à la crèche. Ces parents arabes sont très concernés parce qu’ils écoutent les informations arabes et vivent dans les quartiers arabes. L’été dernier, ils nous disaient : « renforcez la sécurité, quelque chose risque de se passer.» Alors on comprenait que c’était très sérieux et qu’il fallait faire attention.»

Une autre maman d’élève, Anna Forrer en amenant son enfant à la crèche, confie : « Je suis très effrayée parce que cette zone n’est pas assez sécurisée. Mais bon, il faut continuer à vivre même si je suis toujours paniquée quand je prends la route pour aller à la crèche. »

Un journaliste de Ynet, demande à un parent d’élève si son enfant qui est en maternelle comprend la situation : «  Je crois qu’il commence à comprendre. Il demande « c’est quoi des attaques » « c’est quoi des attentats à la voiture bélier. » Alors j’essaye de lui expliquer à son niveau, avec des termes qu’il peut comprendre. Je ne lui cache pas ce qu’il se passe mais je ne veux pas l’affoler non plus. Du moins, j’essaye de le rassurer. »

La municipalité de Jérusalem explique : « Il n’y a pas de problèmes de budget. Le maire travaille sans relâche pour améliorer les systèmes de sécurité dans les établissements scolaires et recrute toujours plus d’agents de sécurité. La municipalité a établi une unité spéciale d’agents de sécurité en moto, pour assurer une réelle sécurité autour des écoles et des crèches de ses quartiers.” 

Source : http://www.ynet.co.il/articles/0%2c7340%2cL-4711097%2c00.html


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre