L’art contemporain est à l’honneur dans la capitale d’Israël

Shares

Dix lieux de la capitale israélienne vont accueillir treize expositions de près de deux cent artistes israéliens et internationaux lors du deuxième festival pour l’art contemporain juif qui a débuté le 24 septembre 2015 et s’achèvera le 5 novembre 2015.

Ce programme est soutenu entre autres par, la municipalité de Jérusalem, la section culturelle du Ministère des affaires étrangères, le centre d’initiative des artistes juifs en Californie du Sud.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

En 2013, plus de 5000 visiteurs sont venus découvrir les expositions à Jérusalem. Cet évènement a attiré un grand nombre de journalistes de la presse anglophone et israélienne. (link)

« La biennale de Jérusalem pour l’art contemporain offre une scène pour les artistes professionnels dont le travail est en relation d’une manière ou d’une autre avec la pensée, l’esprit, les traditions ou l’expérience juive. » explique le directeur du festival, Rami Ozeri.

Toutes les expositions sont situées non loin les unes des autres permettant aux visiteurs de les découvrir plus facilement : le Musée de la Tour de David, l’ancienne gare de Jérusalem, le musée Heichal Shlomo, l’institut Van Leer, le centre Achim Hasid, le musée Skirball et le centre international de l’héritage juif nord-africain.

« Les passagers de Jérusalem »

L’exposition « les passagers de Jérusalem » qui a lieu dans le musée de la Tour de David, codirigés par des artistes israéliens et internationaux, est autant plaisante pour les yeux que pour les oreilles. En effet, l’ensemble KIVSUS basé à Jérusalem joue des arrangements jazz-ethniques mélangeant ainsi des poèmes juifs traditionnels avec des compositions plus contemporaines.

kivkus

« Les fiançailles »

On peut également admirer une exposition très originale : le projet de Motti Mizrahi « fiançailles » pour lequel il a créé une immense robe de mariée suspendu par des ballons d’héliums et des cordes la maintenant à 4 mètres au-dessus du sol. Le dernier jour de l’exposition, la robe va être lâchée pour s’envoler au-dessus de la vieille ville.

robe blanche jerusalem

« Les femmes du Livre »

La biennale de 2015 va inaugurer l’exposition d’un projet de neuf ans, les Femmes du Livre, il a été demandé à 54 artistes femmes internationales de créer une œuvre sur les parchemins en rapport avec les évènements bibliques.  Ainsi que l’exposition« présent=présent » par l’artiste américano-israélien Alana Ruben-Free en collaboration avec l’artiste israélien David Gerstein. 

parchemin jerusalem

« Bleue comme moi : l’art de Siona Benjamin »

L’artiste Siona Benjamin, d’origine juive, qui a grandi en Inde, présente des œuvres mélangeant des références talmudiques, hindoues et islamiques avec les influences d’art contemporain occidental.

sonia benjamin jerusalem

“La liberation d’Hélène Aylon” réalisateur : Kelly Spivery

Le 30 septembre 2015, il sera proposé de visionner un film portrait présentant comment une femme juive orthodoxe est devenue une artiste féministe d’art contemporain.

Six autres expositions sont issues de groupes et conservateurs basées à Jerusalem, incluant les artistes israéliens de renoms tels Sigalit Landau, Dov Abramson, Maya Zack, Ynin Shillo, Andi Arnovitz, Ken Goldman et Ruth Schreiber. Il y a aussi une exposition spéciale par les artistes de Bezalel en hommage au défunt Zelig Segal.

Les quatre autres expositions montrent le travail d’artistes juifs et non juifs venant de New York, Los Angeles, Buenos Aires, et Barcelone.  Liste des expositions de la biennale de 2015. 

L’exposition biennale de 2015 est plus ouverte que celle de 2013 non seulement en terme de nombres d’expositions mais aussi en terme de perspective : notamment la proportion d’artistes non Israéliens est beaucoup plus importante. De plus, les artistes non juifs apportent leur point de vue et prennent ainsi part au discours que la biennale de Jérusalem souhaite promouvoir.  

La biennale de Jérusalem est ouverte aux artistes de toutes religions, nationalités et croyances. Quoi de mieux que la vieille ville pour promouvoir le dialogue entre les juifs laïcs et ultra-orthodoxes en passant par les modérés ; et entre les juifs et non juifs venant d’Israël et du monde entier.

Plus d’informations sont disponibles sur le site Jerusalem Biennale.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre