Rivlin aux Arabes d’Israël : “l’Etat d’Israël est votre maison”

Shares

Le Président Reuven Rivlin a parlé dimanche soir (5 juillet 2015) à sa résidence avec les médias arabes en Israël, devant des dirigeants communautaires les accueillant  pour un repas d’Iftar (rupture du jeûne de Ramadan). Il est important de noter qu’il y avait aussi la communauté juive qui jeûnait ce même dimanche (commémorant le 17ème  jour du mois hébraïque de Tammouz). Ainsi les communautés juive et musulmane jeûnaient en même temps.

Le Président a ouvert la soirée en soulignant l’importance de bâtir la compréhension entre les différentes communautés en Israël. Il a dit, “je suis conscient de la détresse et de la douleur de la société arabe israélienne – la violence dans la communauté arabe, la pénurie de logement et d’emploi, les lacunes importantes dans la répartition des ressources et des budgets – et je travaille avec le gouvernement d’une part et les maires et les entreprises d’autre part, afin de faire progresser ces questions.”

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Le Président a souligné, “la maison du Président est votre maison ; C’est la maison de tous les citoyens d’Israël. La citoyenneté des habitants arabes de l’Etat d’Israël n’est pas un geste de bonne volonté. C’est la citoyenneté d’individus et d’une société qui fait partie intégrante de cette terre ; cette terre est leur patrie, l’Etat d’Israël est leur maison. Je suis heureux que les dirigeants arabes et les citoyens, voient cette maison comme l’adresse où ils peuvent exprimer leurs préoccupations, et j’espère que cette coopération se développera”.

Le Président a déclaré, “aujourd’hui il se trouve que nous jeûnons tous ensemble, Juifs et Arabes. À l’heure où vous marquez le mois du Ramadan, aujourd’hui nous avons marqué le 17ème jour du mois de Tammouz et nous jeûnons pour commémorer la chute et la destruction de Jérusalem au temps du Temple. Pour nous tous, le but de ce jeûne n’est ne pas de discipliner le corps, mais de cultiver dans nos esprits la compassion et la bonté et en ouvrant nos cœurs l’un à l’autre.”

Le Président a parlé de sa condamnation de la récente vague d’attentats terroristes. “Ramadan est basé sur les valeurs de compassion, de miséricorde et de grâce. Mais malheureusement, il y a ceux qui cherchent à exploiter le caractère sacré du Ramadan et détourner ses sens en faveur du terrorisme criminel et meurtrier. Je me joins à la préoccupation de ces pays qui nous entourent, par l’augmentation du terrorisme, et j’adresse mes condoléances au Président de l’Égypte et au peuple égyptien, suite aux attaques terroristes horribles dans le Sinaï. Face à ces événements sanglants, nous avons le devoir, tous les enfants d’Abraham, de condamner vivement, à voix haute et claire, ces atrocités commises au nom de Dieu, ou au nom de l’Islam.”

Il a continué, “Ces semaines n’ont pas été faciles pour quiconque aime ce pays ; pour ceux qui croient que  nous avons la capacité et le devoir – Arabes comme  Juifs – à vivre ensemble. A cette époque, face à ceux des deux côtés qui cherchent à attiser les flammes, nous ne pouvons et ne devons pas rester silencieux. N’oublions pas que la plus grande tâche qui reste devant nous, de bâtir des communautés de confiance entre les Juifs et les Arabes. Cette mission n’est pas et ne doit pas, être la mission de la propriété de n’importe quel camp politique particulier. Parce que dans l’instauration de la confiance entre Juifs et Arabes dans l’Etat d’Israël, dans la terre d’Israël, se trouve la clé de notre existence ici, de notre destin et de notre avenir.”

Bet Hanasi Iftar 013

Le Président a déclaré, “aujourd’hui, peut-être plus que jamais, nous avons besoin de leadership des deux côtés, qui ne perdent pas leur voix et sont capables de se tenir devant leurs propres communautés sans perdre leur boussole interne, surtout dans la profondeur de la tempête. Nous avons besoin de leadership des deux côtés, sans entraves par peur, ni crainte d’alimentation de la peur. Un leadership qui n’est pas suggéré, mais qui mène. Un leadership qui crée un langage commun et inspire confiance entre les parties. Un leadership qui ne s’enhardi pas d’animosité et de division entre les gens, mais plutôt s’efforce vaillamment chaque jour vers une vision d’espoir et de coopération. Au cours des jours du Ramadan, Jérusalem a toujours porté ses vêtements festifs. Jérusalem a été et demeure au centre de prière et du commerce et du marché – et c’est de cette façon que nous voulons qu’il reste. Nous travaillons intensivement pour assurer une ambiance festive dans les territoires palestiniens. Mais l’Autorité palestinienne a la responsabilité d’agir contre les terroristes qui cherchent à saboter notre vie quotidienne ici.”

Le Président a conclu, “j’espère et je prie que ce mois-ci sera celui de la prière et de miséricorde et de l’ouverture d’un cœur à l’autre.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre