Colloque autour du lien familial avec Zeruya Shalev

Shares

Colloque autour du lien familial, des neuvièmes Assises Internationales du Roman (25-31 mai 2015) avec la participation de Zeruya Shalev. 

Les familles : liaisons et déliaisons

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Table –ronde animée par Raphaëlle Leyris, avec : Manu Joseph, Florence Seyvos, et  Zeruya Shalev

La fiction est pleine de frères, de sœurs, de conjoints, de parents et d’enfants. Leurs amours, leurs conflits, leurs blessures constituent un matériau inépuisable pour la fiction, comme pour la psychanalyse. De ces liens dont nous avons l’impression de tout savoir, les romanciers arrivent parfois à faire surgir des facettes que nous ne connaissions pas, et dont la psychanalyse ne sait pas tout.

30/05/2015 > 17:30 19:00

Les Subsistances
8 bis quai Saint Vincent
Lyon 1er

Avec le soutien des services culturels de l’Ambassade d’Israël en France.

Quelques notes sur les auteurs :

MANU JOSEPH / Inde

Manu Joseph est journaliste et auteur de deux romans. Le Bonheur illicite des autres suit le destin d’une famille confrontée à la perte d’un enfant : Unni, adolescent brillant et dessinateur prometteur, se jette un jour de la terrasse de l’appartement familial. D’une plume acérée, l’auteur dresse un portrait corrosif de ses personnages, entraînant derrière lui le lecteur, témoin de la quête obsessionnelle du père qui essaie de comprendre ce geste, et lui dévoilant les codes d’une société polarisée et suspicieuse.

Le Bonheur illicite des autres, traduit de l’anglais (Inde) par Bernard Turle (Philippe Rey, 2014)

 

FLORENCE SEYVOS / France

Scénariste et romancière, elle écrit avec la même voix pour les adultes et les plus jeunes. Dans ses romans, la famille est un théâtre intime pour interroger les regards posés sur la norme, la résistance, l’étrangeté. Dans L’Enfant incassable se côtoient deux récits de vie : celle d’Henri, un frère « différent », et celle de Buster Keaton. L’auteure raconte avec délicatesse ces deux existences qui semblent paradoxalement puiser leur force dans leur grande fragilité.

L’Enfant incassable (L’Olivier, 2013)

 

ZERUYA SHALEV / Israël

Écrivain et éditrice, auteure de plusieurs romans publiés aux éditions Gallimard, elle s’est imposée comme l’une des voix majeures de la littérature israélienne. Tout son talent et sa virtuosité irradient dans Ce qui reste de nos vies (Prix Femina Étranger 2014). Alors que leur mère âgée de 80 ans est en train de mourir, ses deux enfants font le bilan de leur vie. Infatigable et inégalée exploratrice de l’âme humaine, Zeruya Shalev excelle à disséquer la complexité des liens familiaux, de l’amour fi lial et parental. 

Ce qui reste de nos vies, traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz (Gallimard, 2014)

 

Lien concernant Zeruya Shalev : http://www.villagillet.net/portail/air/details/article/shalev/

> 6 € / Gratuit pour les étudiants, les lycéens, les demandeurs d’emploi et les bénéficiaires du RSA. Ouverture des réservations : mardi 28 avril

www.villagillet.net


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre