Les experts à Jérusalem : vos chiens n’ont qu’à bien se tenir

Shares

 urban-crime-scene

A Jérusalem, les crottes de chien retrouvées dans les rues vont subir une analyse d’ADN afin de retrouver les propriétaires des canins qui en sont à l’origine.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Le projet plutôt singulier est destiné à gérer le phénomène des excréments abandonnés en pleine rue par les propriétaires de chiens. Car ces crottes, parfois porteuses de maladies, sont susceptibles de mettre en danger la santé des passants comme la santé des autres animaux qui s’amuseraient à les renifler.

Il s’agit ainsi d’un projet pilote lancé par la municipalité de Jérusalem mardi dernier dans le contexte d’une initiative plus large qui vise à nettoyer les rues, les parcs, et tous les espaces publics de la ville.  

Ne pas ramasser les crottes de son chien est déjà interdit par la loi et susceptible d’engendrer une pénalité, sauf que cela ne règle pas complètement le problème.

A terme, les échantillons d’ADN devraient constituer une base de données importante permettant aux autorités de pouvoir définir à quels chiens appartiennent les crottes abandonnées.

Le directeur des services vétérinaires de Jérusalem, le Docteur Zohar Dworkin, explique ainsi : «L’objectif n’est pas d’augmenter les amendes infligées aux propriétaires, mais de réduire autant que possible les excréments potentiellement dangereux ».

Actuellement, il y a près de onze mille chiens enregistrés à Jérusalem, parmi lesquels 92% ont été vaccinés. Environ 40% des chiens sont stérilisés ou castrés.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre