Fin à la pauvreté des Bédouins d’Israël ? Deux Cheikhs soutiennent le programme gouvernemental

Shares

 Bédouin du Néguev

Le plan Prawer est un plan qu’Israël met en place pour améliorer le bien-être des Bédouins du Néguev afin de résoudre les problèmes fonciers dans le sud du pays.

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Le plan ne réglera pas seulement toutes les revendications territoriales des Bédouins en leur donnant une propriété foncière fondée juridiquement, mais définira un programme d’emploi, social, éducatif et de santé pour les 210 000 Bédouins hommes, femmes et enfants du  Néguev. Presque 2,2 milliards de dollars seront investis dans la mise en œuvre du plan.

Alors que  Cheikh Awde A-Zanoon et Cheikh Id Abu Rashed n’hésitent pas à critiquer les anciennes politiques israéliennes envers les Bédouins, ils expriment aussi leur satisfaction par rapport au plan proposé, en faisant l’éloge du ministre Benny Begin pour son implication personnelle et les efforts pour parvenir à une solution conjointe.

Cheikh Awde A-Zanoon et Cheikh Id Abu Rashed sont fermiers. Le premier vient de Raham et le second du village agricole de Um Thnan.

Le plan engagé est une amélioration par rapport au schéma proposé par Ehud Prawer du Bureau du Premier ministre (qui était fondé sur le rapport d’un comité officiel, dirigé par l’ancien juge de la Cour suprême Eliezer Goldberg).

La coopération entre le gouvernement israélien et les Bédouins est considérée par les Cheikhs comme  le meilleur moyen de trouver une solution équitable respectant la culture et les traditions bédouines. Toutefois, la prise en charge pour l’avancement des Bédouins dans le Néguev n’est pas seulement limitée au niveau des  pouvoirs publics : dans une démarche de coopération Juifs-Bédouins, la municipalité de Yerucham donne au Cheikh A-Zanoon  un village de 500 dounams (50 hectares).

[youtube]http://youtu.be/sgzrCVRSFUI[/youtube]

 

Les Cheikhs appellent au respect du ministre Begin qui est à l’écoute des Bédouins. Il travaille en toute conscience afin de trouver une solution satisfaisante.

De fortes critiques sont également exprimées par des  personnes extérieures à la communauté bédouine, principalement par des Arabes israéliens du Nord d’Israël et des militants étrangers. Ces gens de l’extérieur s’agitent  contre le régime, mais comme le dit Cheikh A-Zanoon ce n’est pas comme si ils n’avaient rien alors que les Bédouins souffrent de conditions difficiles. “Nous n’avons pas d’école pour nos enfants. Nos enfants n’ont pas d’eau comme d’autres personnes. Nos enfants n’ont pas de métier, ils n’ont rien. “Ces agitateurs n’offrent aucune meilleure alternative, mais sont prêts à sacrifier l’avenir des Bédouins pour leurs propres intérêts politiques. »

Cheikh Awde A-Zanoon  : “Je ne m’occupe pas de politique. Pour la restitution de la terre, je ne peux pas dire oui ou non, La seule chose est que cet Etat veut mettre fin à la pauvreté des Bédouins et il veut que les Bédouins vivent dans la dignité”.


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre