Deux israéliennes championnes du monde de Muay Thai

Shares

championnes israéliennes Muay Thai

Quand on parle des championnats du monde féminin de kickboxing en Thaïlande on imagine des guerrières prêtes à vous donner un coup de pied dans la tête ou un coup de poing dans la mâchoire en moins de temps qu’il n’en faudrait pour l’écrire. Seulement voila, la réalité en est toute autre ; deux adolescentes israéliennes issues d’un milieu orthodoxe viennent détruire ces stéréotypes. 

Sois informé en temps réel ! Suis-nous sur...

Deux israéliennes religieuses ont combiné pendant de nombreuses années les entraînements et l’étude de la Torah. Elles ont remporté les championnats du monde de « Muay Thai » qui se sont déroulés à Bangkok il y a quelques semaines.

Cinq fois par semaine, Nili Block, 18 ans, originaire de Beit Shemesh, et Sarah Avraham, 18 ans, originaire de Kiryat Arba, troquent leurs tenues d’écolières religieuses pour des gants de boxe. Elles suivent leurs entraînements au centre de boxe du state Teddy de Jérusalem.
C’est leur formation intensive qui les a menés à la victoire. Nili a battu une adversaire bulgare, et Sarah britannique.

«Nos enseignants à l’Ulpana (école juive pour filles) sont très enthousiastes à ce sujet» nous explique Nili.

La directrice de l’école AMIT Noga où étudie Nili nous confirme ces propos en affirmant que « c’est un grand honneur pour l’école. Nous l’avons encouragée et aidée. Elle a travaillé jour et nuit et a fini par atteindre ses objectifs – nous sommes fiers d’elle »

La coéquipière de Nili, Sarah a immigré en Israel en provenance d’Inde il y a trois ans de cela. « La plupart des habitants de Kiryat Arba approuve, c’est ce que j’aime et ce dans quoi je suis douée» nous affirme Sarah.

Les deux adolescentes religieuses peuvent se battre contre des adversaires plus grands et plus forts qu’elles, dit leur entraîneur Eddie Yusopov. «Elles sont parmi les meilleures de l’équipe. Et elles n’ont aucun problème à mener des combats contre les garçons. Sur le ring, la religion n’a pas sa place. Ce qui compte c’est la force de frappe »

 


Shares

Commenter cet article

commentaires jusqu'à présent. Ajouter le votre